À lire : Il faut sauver le bocage breton – de Yann Février | Bretagne Magazine

Paru dans Bretagne Magazine, l’article de Xavier Février revient sur les 6èmes rencontres nationales arbres et haies champêtres organisées par l’Afac-Agroforesteries à l’automne dernier en Bretagne, au cœur de l’un des territoires les plus bocagers de France : celui de Lannion-Trégor Communauté. La question du bocage y était cette année centrale, avec pour thème transversal le lien qui existe entre ressources en eau et ressources bocagères.

On estime que près de 60% du bocage breton disparaît ainsi entre 1960 et 1980. Dès les années 1970 pourtant, les effets secondaires se font sentir : crues exceptionnelles, dégâts sur les récoltes… Un demi-siècle plus tard, le constat est cette fois sans appel : érosion, lessivage, pollutions, perte de rendement, inondations, déclin de nombreuses espèces, morcellement des populations… Le remembrement a certes permis d’industrialiser et de développer l’agriculture bretonne, mais à quel prix?

Télécharger l’article au format PDF
En savoir plus sur l’auteur

Dès les années 1970, des travaux de scientifiques ont mis en lumière les nombreuses fonctionnalités du bocage pour l’eau. En Bretagne, cela a conduit à mettre en œuvre une politique d’actions très volontariste en faveur du bocage. Menée depuis de nombreuses années, cette politique régionale est relayée et renforcée depuis 2007 par le plan Breizh Bocage. Au regard de ces liens étroits entre ressources en eau et ressources bocagères, thème retenu pour cette sixième édition, les questions suivantes ont été débattues :

  • Quelles sont les dernières connaissances scientifiques et techniques sur le rôle du bocage pour l’eau, tant sur le plan qualitatif que quantitatif ?
  • Comment cet argumentaire permet d’aboutir à des préconisations opérationnelles et de guider l’action collective sur le bocage ?
  • Quels sont les outils, les moyens et les démarches à disposition des gestionnaires des haies ?
  • Comment mieux articuler les opérations de planification, de coordination et les actions en faveur d’un bocage vivant ?