Soutenez la gestion durable des haies, 1% for the Planet double votre don

L’Afac-Agroforesteries a été retenue pour participer aux Rencontres des Associations et Philanthropes organisées par 1% for the Planet, le 7 octobre prochain. À cette occasion, nous avons l’opportunité de lancer une campagne de dons auprès de notre réseau et du grand public qui sera boostée par 1% for the Planet, puisqu’il doublera les dons effectués au profit de l’Afac-Agroforesteries jusqu’au 5 octobre inclus.

Propulsé par HelloAsso

 Un enjeu écologique : Les haies françaises se meurent, et le climat avec elles 

Notre projet : Restaurer les haies avec les agriculteurs 

L’objectif du projet est d’accompagner les agriculteurs dans l’amélioration de leurs pratiques de gestion des haies et de contribuer à redonner une valeur économique à la haie. Pour cela, l’Afac-Agroforesteries souhaite accompagner un dispositif de Paiement pour Service Environnementaux (PSE) rendus par les haies qui rémunèrent l’effort des agriculteurs pour les préserver, à travers une gestion durable encadrée par le Label Haie.

Action 1 –  Concevoir un PSE sur la haie

La mise en place de PSE expérimentaux, lancé par le Ministère de la transition écologique (MTE) à travers l’action 24 du Plan biodiversité, et portés par les Agences de l’eau, constitue l’opportunité de rémunérer pour la première fois les multiples services écosystémiques rendus par la haie, au regard d’une société qui en attend des bénéfices. L’Afac-Agroforesteries souhaite configurer un dispositif PSE relatif aux haies et au bocage, commun à l’échelle inter-bassins des Agences de l’eau avec près de 50 porteurs de projet PSE-Haie locaux.

Action 2 – Déployer le Label Haie avec les PSE

Pour apporter une réponse fiable et adaptée à la mise en oeuvre de contrats PSE-Haie auprès des agriculteurs, le Label Haie s’avère être un outil qui apporte une garantie de résultats d’une gestion durable assurant les services écosystémiques attendus justifiant une rémunération via le PSE et facilement contrôlable via une procédure de certification externalisée. Cette démarche combinée PSE et Label Haie contribue à donner un nouveau statut social à la haie et une nouvelle responsabilité à ceux qui la gèrent et la préservent, à savoir agriculteurs et les collectivités. C’est une démarche positive qui donne envie d’aller vers l’arbre.

L’impact du projet :

  • 10 millions € de contrats PSE-Haie signés avec 3 000 agriculteurs
  • 56 territoires PSE-Haie engagés sur les 9 grandes régions de France
  • 10 000 km de haies engagées dans le Label Haie d’ici 2022

Votre soutien : Contribuez au projet en faisant un don 

Aujourd’hui, nous disposons de soutiens de la part de partenaires publics Ministère de l’Ecologie et de l’Agriculture, de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) et de l’Office français pour la biodiversité (OFB) pour financer la première année d’animation nationale du projet par l’Afac-Agroforesteries (de septembre 2020 à août 2021), à savoir 135 000€.

Vous avez envie de contribuer au projet de restauration des haies en France ? Faites un don* à l’Afac-Agroforesteries !

*Si vous êtes imposable, 66% de votre don peut être déduit de vos impôts sur le revenu (dans la limite de 20% de vos revenus nets imposables) car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts.Ainsi le coût du don est réduit pour vous et vous choisissez où va une partie de vos impôts.

Propulsé par HelloAsso

Notre objectifs de collecte : atteindre 4 000€ de dons.

Fin de la campagne de collecte de dons : 5 octobre inclus

Les premiers volets du Guide de préconisations de gestion durable des haies sont en ligne !

Le Guide de préconisations de gestion durable des haies , en cours de rédaction par l’Afac-Agroforesteries, décrit les bons gestes techniques pour garantir la gestion durable des haies. Il explique « le pourquoi » et l’intérêt de chaque coupe et itinéraire de gestion pour assurer la reprise vigoureuse des arbres et de la haie. Mobilisant les ressources scientifiques sur la sylviculture, il donne à comprendre le fonctionnement physiologique des végétaux en réaction aux interventions humaines de tailles et de coupes.

Une première version du Guide de préconisations de gestion durable des haies, comprenant les fiches « recépage » et « balivage » est désormais disponible :

Télécharger le Guide de préconisations de gestion durable des haies – version à jour du printemps 2020

 

Tout savoir sur le Label Haie – webinaire à voir en replay et nouvelle session le 9 avril 🗓

Webinaire de présentation du Label Haie

Le 10 mars 2020, le Label Haie a été présenté lors d’une conférence en ligne. Y ont été abordés les points suivants :

  • Pourquoi un Label sur la haie ?
  • Présentation détaillée des indicateurs des deux cahiers des charges (gestionnaire et distributeur) et justification scientifique et technique des principes de la gestion durable des haies associée ;
  • Lien avec les fonctions écosystémiques assurées ;
  • Les étapes de certification ;
  • Déroulé d’un audit interne sur le terrain ;
  • Exemples de formation d’OCG (Organisation Collective de Gestionnaire portant le label) ;
  • Déploiement : quel accompagnement pour mettre en place le Label Haie sur son territoire.

 

Connectez-vous à la prochaine édition du webinaire 
le 9 avril prochain à 14h via ce lien : 
https://zoom.us/j/582093445

 

Visionnez l’enregistrement de la conférence du 10 mars :

 

 

Premier agriculteur certifié par le « Label Haie » en Mayenne, en présence d’Emmanuelle Wargon

C’est le tout premier agriculteur labellisé pour la gestion durable de ses haies : jeudi 24 octobre 2019, Aurélien, éleveur de vaches laitières, a atteint le niveau 1 du Label Haie. À cette occasion, il a reçu la visite d’Emmanuelle Wargon, Secrétaire d’État au Ministère de la Transition écologique et solidaire. Déterminé à prendre soin des 4800 mètres de haie dont il est gestionnaire, Aurélien est déjà en bonne voie pour obtenir le niveau 2.

Voir les images commentées de la visite

Aurélien, agriculteur à Ballots (53), a 4 800 m de haies bocagères en gestion. Environ 300 mètres linéaires sont récoltés chaque année, lui procurant 40 tonnes annuelles de bois déchiqueté : 20 tonnes pour ses besoins de chauffage, 20 tonnes pour la vente et la litière de ses animaux. Membre de la SCIC Mayenne Bois Énergie et engagé pour la préservation des haies, Aurélien a souhaité obtenir le Label Haie, qu’il considère comme une véritable reconnaissance de sa pratique. Pour lui, cette certification est un moyen de faire valoir les services environnementaux qu’il rend à la société en maintenant ses haies en bon état, et aussi de tirer un bénéfice économique de ses haies à travers une filière bois durable et éthique.

 

[24/10] Dans le cadre de son déplacement en #Mayenne, la Secrétaire d’État @Min_Ecologie @EmmWargon visite ce matin l’exploitation agricole biologique de Ballots, certifiée Label « haies AFAC » ➡️ Encadrer les bonnes pratiques de gestion de haies ➡️ Endiguer l’érosion bocagère pic.twitter.com/kmeB4l5wf0 — Préfet de la Mayenne (@Prefet53) October 24, 2019

Le jeudi 24 octobre, à l’occasion du premier audit du Label Haie, Emmanuelle Wargon, Secrétaire d’État au Ministère de la Transition écologique et solidaire, s’est déplacée en Mayenne pour découvrir ce qui pourrait devenir un nouvel outil de déploiement des politiques environnementales et agricoles. Au pied des haies, elle a échangé avec Emmanuel Lelièvre (SCIC Mayenne Bois Énergie) et Paule Pointereau (Afac-Agroforesteries) sur les rôles indispensables tenus par les haies au sein des systèmes agricoles. Olivier Lepage (SCIC Mayenne Bois Énergie) lui a également présenté les principaux indicateurs inscrits dans le cahier des charges « gestion » du Label Haie et l’a invitée à assister à la fin de l’audit d’Aurélien.

 

Les haies, partenaires des agriculteurs pour préserver la biodiversité et lutter contre le réchauffement climatique : 1 km de haie c’est 140 tonnes de carbone stocké et des habitats pour la faune sauvage. Explications du « label haie » qui valorise cette pratique ⤵️ pic.twitter.com/WW75zVowrs — Emmanuelle Wargon (@EmmWargon) October 24, 2019

 

Résultat : En atteignant 100% des indicateurs du niveau 1, Aurélien entre dans le Label Haie avec un avenir prometteur : il remplit déjà plus de 80% des critères du niveau 2. Au niveau 2, on considère que l’agriculteur va plus loin que la préservation de sa haie : il en améliore les fonctionnalités environnementales (telles que la capacité de stockage de carbone) et en augmente la productivité.

Soucieuse de lier la question de la gestion des haies avec les différentes politiques portées par le MTES, Emmanuelle Wargon a réagi : « Les haies sont les partenaires des agriculteurs pour préserver la biodiversité et lutter contre le réchauffement climatique. Ce qui est intéressant, c’est que le Label Haie répond aux deux grands enjeux : carbone et biodiversité. Nous savons que nous devons soutenir les haies, qui rendent énormément de services. La discussion doit se poursuivre avec l’Ademe, les collectivités locales et les grands opérateurs, afin de stabiliser cette filière d’énergie renouvelable et durable et d’en assurer les débouchés. »

 

 

Label Haie : lancement officiel au Ministère de la Transition Écologique et Solidaire

 

Un label pour préserver les haies

La disparition annuelle de 11.500 km de haies en France est une cause directe de l’effondrement de la biodiversité et de l’amplification des catastrophes climatiques visibles sur nos territoires. Conscients de l’importance de sauver leur bocage, des agriculteurs ont créé un label pour encadrer les bonnes pratiques de gestion des haies et leur valorisation par des filières durables et locales : le Label Haie. Son lancement officiel a eu lieu le 4 octobre 2019, au Ministère de la transition écologique et solidaire.

Lire le dossier de presse

Télécharger le dossier de presse (version légère – 1,5MB)

 

Le 6 mai 2019, le groupe d’experts des Nations Unies sur la biodiversité (IPBES) a dévoilé les conclusions de son rapport sur l’état de la planète : 50 % de la biodiversité a disparu en 40 ans. Cette extinction massive des espèces concerne principalement l’espace agricole, où 33% des oiseaux de nos campagnes ont disparu depuis les 1990 (source Muséum national d’histoire naturelle). Cet été, la France a connu une canicule intense et des phénomènes liés à la sécheresse impactant particulièrement les nappes phréatiques et les cours d’eau, presque à sec dans une majorité des départements. La crise écologique et climatique planétaire annoncée nous touche de près et n’a pas son précédent. L’arbre et la haie se retrouvent propulsés au cœur de ces problématiques comme une solution indéniable. Cette trame bocagère couvrant historiquement une grande partie des paysages agricoles a la capacité de réguler le climat, de stocker du carbone, de constituer un réservoir de biodiversité, de maintenir la quantité et la qualité des masses d’eau, … Ces services environnementaux sont incontournables pour notre agriculture et pour tous les habitants des territoires.

Pourtant la dynamique ne va pas dans le bon sens. Chaque année, les haies régressent de 11.500 km alors même que nous devrions, pour atteindre les engagements de la France pris lors l’accord de Paris à la COP21, avoir doublé le linéaire existant d’ici 2050.

Pour endiguer l’érosion bocagère et sauver les haies en France, des agriculteurs et leurs structures de valorisation du bois, appuyés par le réseau d’experts de la haie Afac-Agroforesteries, ont initié, avec le soutien financier[1] de trois Régions et cinq Groupes d’Action locale (GAL), une certification pour préserver les haies : le Label Haie. Il labellisera, dès l’automne 2019 les bonnes pratiques de gestion des haies par les agriculteurs et garantira la maîtrise d’une filière de production de bois éthique, durable et locale. Bien plus qu’un outil de développement économique des territoires, ce label est un moyen de protéger et de gérer un bien commun précieux et d’intérêt général.

Un label national …

Le label ne fournit non pas seulement une ressource en bois énergie locale et durable, il doit aider à inscrire des attitudes culturelles importantes pour réussir pour la transition de nombreux territoires agricoles : la noblesse du métier d’agriculteur cultivant ses haies, le sentiment d’appartenance forte à un territoire et à une communauté d’acteurs de la haie, la conservation d’une économie ancrée localement et à visage humain. Le label renouvelle notre vision de la haie.

Projet engagé depuis 2016 avec la construction des outils, le Label Haie est désormais prêt à entrer dans une phase d’opérationnalité. Son lancement officiel a eu lieu le 4 octobre 2019.

… pour des applications territoriales

Cette première année de mise en application concrète du label s’opérera dans les trois territoires pilotes des SCIC Bocagenèse (Bretagne), SCIC Bois Bocage Énergie (Normandie) et SCIC Mayenne Bois Énergie (Pays de la Loire). Le déploiement à l’échelle nationale sera impulsé par l’Afac-Agroforesteries avec la mobilisation croissante de nouveaux acteurs et territoires engagés.

Objectifs chiffrés pour 2024

En 2024, l’objectif est d’atteindre 3.500 agriculteurs labellisés, permettant la production annuelle de 175.000 tonnes de bois plaquette labellisées. Les collectivités territoriales engagées pourront afficher la sauvegarde de 35.000 km gérées durablement selon les critères de qualité du label.

Partenaires financiers

Cette première phase de lancement bénéficie du soutien financier du Ministère de la transition écologique et solidaire (MTES), de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), de l’Agence française pour la biodiversité (AFB), de la Région Pays de la Loire, de la Région Bretagne et de la Région Normandie ainsi que de la Fondation pour le progrès de l’Homme (FPH) à hauteur 195 000€ de subventions publiques.

 

 

 

[1] Les Régions Normandie, Pays de la Loire et Bretagne ainsi que du GAL Pays du Trégor, du GAL Haute Mayenne, du GAL Sud Mayenne, du GAL du Pays du Bocage et du GAL du Pays d’Argentan d’Auge et d’Ouche apportant des crédits européens territoriaux inter-LEADER, ont apporté un appui soutien pour un budget global de 460 000 €. L’Afac-Agroforesteries a bénéficié de la contribution financière du compte d’Affectation Spéciale Développement Agricole et Rural du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, dans le cadre de l’action 4.3 du Plan de développement de l’agroforesterie pour laquelle elle a été désignée pilote.

 

 

 

[MÀJ] À lire : la presse locale s’intéresse au futur label Bois bocager géré durablement

Le 29 mai dernier, nous visitions la ferme de Sylvain Aillard, en Normandie, dans le cadre de la signature de l’accord de partenariat de coopération inter-leaders pour le futur label Bois bocager géré durablement.

À la suite de cette rencontre, Laurent Nevoux (directeur de la SCIC Bois Bocage Énergie, co-porteuse du projet, et administrateur de l’Afac-Agroforesteries) a répondu aux questions du journal local L’Orne Combattante. Il y raconte les prémices du projet de label et revient sur son impact territorial et sociétal au niveau local. La rencontre du 29 mai et le projet de label ont également été mise en valeur dans l’hebdomadaire local L’Orne Hebdo.

Lire l’article complet dans l’Orne Combattante

Lire l’article complet dans l’Orne Hebdo

 

 

S'ABONNER

Je m'inscris à la lettre d'information

Une fois par mois, recevez un condensé des actualités de l'Afac-Agroforesteries directement dans votre boîte mail !
close-link