Menu principal

Fabien Liagre, responsable recherche et développement de la SCOP AGROOF située à Anduze (membre du conseil d’administration de l’Afac-Agroforesteries) nous informe du démarrage d’un nouveau projet baptisé Agrobranche, coordonné par Agroof avec la Chambre d’Agriculture de Bretagne, le CIRAD, l’INRA, l’Ecole des Mines, l’Université de Lorraine, l’entreprise FRD. Ce projet est prévu pour se dérouler de 2018 à 2020.

Des matériaux biosourcées à base de fibres de bois: un enjeu important pour les industriels du secteur (source : SCOP AGROOF)

Agrobranche vise à étudier la possibilité de renforcer le modèle économique de l’agroforesterie en améliorant la valorisation de la biomasse intermédiaire dans les nouveaux domaines des matériaux et de la chimie biosourcés.

Cet objectif répond à une double finalité :

  • La conduite agroforestière exige des coupes fréquentes des branches pour le contrôle de l’ombrage et de l’emprise des arbres. Les branches constituent ainsi une ressource mobilisable tout au long de la vie des arbres, aujourd’hui peu exploitée.
  • Pour les partenaires du développement industriel, il s’agit de bénéficier d’une ressource biomasse de qualité, non concurrente avec les productions agricoles classiques, donc plus sûres en termes d’approvisionnement.

L’ensemble des produits finaux seront abordés avec une approche systématique, afin :

  • d’identifier les meilleurs segments pour l’agroforesterie avec une comparaison entre les différentes utilisations possibles
  • d’appréhender la pertinence de ces produits agroforestiers parmi l’ensemble ressources mobilisable pour ces segments.

Parmi les segments visés, les isolants rigides/semi-rigides à base de bois, les panneaux de particules et les composites bois-polymère pour la voie de valorisation « matériau » et les molécules extractibles pour la voie de valorisation « chimie verte» seront particulièrement envisagés comme voies de valorisations prometteuses dans le cadre de notre étude.

Les travaux qui vont être menés par un consortium alliant organismes professionnels agricoles, laboratoires de recherche et entreprises, visent à :

  • définir des produits agroforestiers susceptibles de contenir des substances extractibles d’intérêt,
  • qualifier le potentiel industriel de valorisation des plaquettes agroforestières pour les nouveaux marchés

  • identifier le standard des plaquettes agroforestières répondant aux besoins des entreprises pour une application donnée et l’organisation de la filière afin d’optimiser son développement et sa rentabilité,

  • définir d’une part en amont les itinéraires de production de ces plaquettes et d’autre part en aval les routes technologiques dédiées d’extraction des fibres et molécules d’intérêt,

Ces travaux seront validés par des tests de mise en œuvre et de caractérisation de biomatériaux / extraction de molécules à l’échelle laboratoire et/ou pilote. Cinq résultats principaux sont attendus :

  1. Identification des produits plaquettes types : conditions et coûts de production ; analyse de la concurrence avec d’autres usages ; Cette identification se déclinera selon les essences choisies (Chêne et châtaignier pour la ressource haie, noyer et peuplier pour l’agroforesterie intraparcellaire.
  2. Comparaison systématique des segments concernés par l’agroforesterie et de l’opportunité du produit agroforestier par rapport à d’autres produits d’origine agricole ou forestière
  3. Identification et caractérisation des renforts fibreux et molécules types, issues de la 1ère transformation des plaquettes, en distinguant essentiellement le domaine des matériaux et celui de la chimie biosourcée,
  4. Formalisation du cahier des charges pour la partie « terrain » : définition des itinéraires techniques et des modes d’organisation de la filière de production.
  5. Validation économique et environnementale des procédés de 1ère transformation et de mise en œuvre des matériaux biosourcés sélectionnés (analyse de faisabilité et bilan ACV sur la chaîne de valeur jugée la plus pertinente). 

Un des points forts du projet réside dans le caractère innovant et d’actualité du sujet. A ce jour, aucune étude n’a abordé de manière aussi complète la valorisation de la biomasse agroforestière, avec un partenariat aussi représentatif des acteurs de la filière complète. L’étude tiendra également compte du risque de concurrence et de la complémentarité avec des filières existantes (ex bois énergie, Bois Raméal Fragmenté, matériaux biosourcés, produits chimiques de substitution…).

 L’atout principal d’Agrobranche est le souci de connecter les besoins des filières recherche et industrielle avec un produit agroforestier à forte valeur agroécologique, et non concurrent des productions agricoles. On évite ainsi l’écueil fréquent des projets chimie verte basés sur des productions concurrentes et/ou sur des ressources limitées ou peu pérennes, voire peu durables d’un point de vue bilan énergétique.
 

Selon les résultats, une étape de valorisation industrielle des segments prioritaires testés sera proposée dans le cadre d’un appel à projet à vocation industrielle.

Contact :

Fabien Liagre, responsable recherche et développement SCOP AGROOF

liagre@agroof.net