Capture d’écran 2017-01-13 à 12.28.42

Vote de l’avis sur l’agroécologie au CESE le 23 novembre 2016, présenté par Mme Cécile Claveirole, au nom de la section de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation.

 

Dans un contexte marqué par la dérégulation de certains marchés, l’agriculture française, intégrée à un système mondialisé, doit faire face à des défis majeurs : alimentaires, sanitaires, environnementaux, économiques, sociaux, sociétaux, territoriaux et techniques. Le Premier ministre a interrogé le CESE sur les conditions et les modalités selon lesquelles les systèmes de production agroécologiques, dont les systèmes agroforestiers font partie, peuvent apporter des réponses à ces enjeux.

Discipline scientifique au carrefour de l’agronomie et de l’écologie, l’agroécologie vise à transformer l’agriculture mais aussi à repenser l’ensemble des systèmes alimentaires afin de les rendre plus durables. Elle conjugue production agricole et reproduction des ressources naturelles et revêt une dimension à la fois territoriale et globale. Elle peut être présentée comme un système d’interactions entre les acteur.trice.s impliqué.e.s dans la gestion des exploitations agricoles, les filières et les ressources naturelles.
 
Les freins au développement de l’agroécologie opèrent à tous les échelons des filières : ils sont économiques, sociaux, cognitifs mais aussi réglementaires et liés aux politiques publiques. Ils interagissent et créent un ensemble systémique dans lequel la stratégie de chaque acteur.rice renforce celle des autres. S’engager dans la transition agroécologique implique une prise de risques que les démarches collectives contribuent à surmonter. Initiées pour certaines depuis longtemps, elles révèlent le rôle primordial de l’observation, de l’expérimentation et des échanges de pratiques.
 
Résultats du vote : l’avis est adopté avec 154 votes pour, 2 contre, 26 abstentions.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !