Le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (DGPE/SDPE) ainsi que le RMT-Agroforesteries ont co-organisé la journée nationale de l’agroforesterie qui s’est déroulée ce 18 décembre 2018 au ministère, à Paris. Près de 200 personnes ont assisté à cette journée de débat. Structuré en deux grands axes, la journée a permis de présenter les projets phares du plan de développement de l’agroforesterie trois ans après son lancement et d’aborder la thématique “agroforesterie et changement climatique” au lendemain de la COP24 de Katowice.

A cette occasion, les avancées du projet de création d’un label bois bocager géré durablement, porté par l’Afac-Agroforesteries et un collectif de structures, ont pu y être présentées. De plus, la présentation de Philippe Pointereau, de Solagro et membre du collectif PAP, a donné un cap fort à atteindre en 2050 pour que l’arbre champêtre contribue aux objectifs des accords de Paris :  

« D’ici 2050, il faudrait implanter plus de 3 millions d’hectares d’infrastructures bocagères et agroforestières qui occuperaient 10% de la SAU nationale. Cela représenterait une absorption du carbone de l’ordre de 11 % des émissions du secteur agricole.»

« L’arbre champêtre est toujours bénéfique, car il sert à tout. Il s’agit d’une action sans regret. Il faut dès aujourd’hui restaurer l’existant, empêcher toute dégradation, et planter, planter, planter ! »

Philippe Pointereau

Actualités