En vidéo : ARBRATATOUILLE – Un projet de recherche participative sur l’agroforesterie maraichère

 

Ce projet, coordonné par AGROOF SCOP et réalisé en partenariat avec des agriculteurs et chercheurs de l’INRA, de l’IRSTEA et du CIRAD, vise à améliorer les connaissances sur les interactions entre les arbres et les cultures maraichères. Des expérimentations sur le comportement des légumes sous les arbres, la régulation naturelle des bioagresseurs, le partage des ressources en eau et nutriments y sont menées, de même qu’une analyse des performances économiques.

La finalité est de proposer des pistes pour la conception et la gestion de ces systèmes complexes aux agriculteurs. ARBRATATOUILLE donne par ailleurs chaque année lieu à des formations techniques co-organisées et co-réalisées par AGROOF et les agriculteurs partenaires.

En savoir plus sur le projet 
En savoir plus sur les formations

 

 

À lire dans Le Monde : comment la Bretagne renoue peu à peu avec son bocage

Talus récent sur le Jaudy Guindy Bizien – Crédit photos Lannion Tréguor Communauté

 

Symboles culturels et historiques de l’évolution de l’agriculture, des talus sont reconstruits dans la région pour limiter l’érosion des sols” : c’est ainsi que commence le reportage sur les enjeux de la reconstitution du bocage breton, publié par le journal Le Monde le 3 mai dernier. On y rencontre notamment Catherine Moret, technicienne du bassin ver­sant de la vallée du Léguer, dans l’ouest des Côtes­ d’Armor, et administratrice de l’Afac-Agroforesteries :

À la croisée de nombreuses pro­blématiques de protection de la nature et de la biodiversité, le dé­veloppement du talus breton ne pourrait désormais passer que par un renouveau de l’intérêt que lui portent les agriculteurs. « Le talus a ceci de particulier qu’il de­vient un intérêt public sur un ter­rain privé », analyse Mme Moret : « Les conséquences de cet intérêt sociétal fort ne peuvent reposer en­tièrement sur l’agriculteur ; on ne peut pas travailler sur sa planta­tion sans mettre en avant sa ges­tion et sa valorisation.»

Lire l’article sur lemonde.fr (version abonnés)

 

À lire dans la Gazette des communes : les vertus du bocage sortent enfin du bois

Crédit photo : Lannion-Trégor Communauté

 

La préservation du bocage constitue un enjeu environnemental, on le sait. Mais sur le territoire de la communauté d’agglo Lannion-Trégor, elle joue également un rôle clé dans les politiques énergétique, touristique et agricole.
Stéphanie Stoll, journaliste à la Gazette des communes, se penche sur l’inscription de la préservation du bocage dans les politiques publiques du territoire de Lannion-Trégor Communauté, au service d’enjeux environnementaux, économiques et d’aménagement du territoire.

Lire l’article sur le site de la Gazette des communes (version abonnés)

 

 

 

À lire : Il faut sauver le bocage breton – de Yann Février | Bretagne Magazine

Paru dans Bretagne Magazine, l’article de Xavier Février revient sur les 6èmes rencontres nationales arbres et haies champêtres organisées par l’Afac-Agroforesteries à l’automne dernier en Bretagne, au cœur de l’un des territoires les plus bocagers de France : celui de Lannion-Trégor Communauté. La question du bocage y était cette année centrale, avec pour thème transversal le lien qui existe entre ressources en eau et ressources bocagères.

On estime que près de 60% du bocage breton disparaît ainsi entre 1960 et 1980. Dès les années 1970 pourtant, les effets secondaires se font sentir : crues exceptionnelles, dégâts sur les récoltes… Un demi-siècle plus tard, le constat est cette fois sans appel : érosion, lessivage, pollutions, perte de rendement, inondations, déclin de nombreuses espèces, morcellement des populations… Le remembrement a certes permis d’industrialiser et de développer l’agriculture bretonne, mais à quel prix?

Télécharger l’article au format PDF
En savoir plus sur l’auteur

Dès les années 1970, des travaux de scientifiques ont mis en lumière les nombreuses fonctionnalités du bocage pour l’eau. En Bretagne, cela a conduit à mettre en œuvre une politique d’actions très volontariste en faveur du bocage. Menée depuis de nombreuses années, cette politique régionale est relayée et renforcée depuis 2007 par le plan Breizh Bocage. Au regard de ces liens étroits entre ressources en eau et ressources bocagères, thème retenu pour cette sixième édition, les questions suivantes ont été débattues :

  • Quelles sont les dernières connaissances scientifiques et techniques sur le rôle du bocage pour l’eau, tant sur le plan qualitatif que quantitatif ?
  • Comment cet argumentaire permet d’aboutir à des préconisations opérationnelles et de guider l’action collective sur le bocage ?
  • Quels sont les outils, les moyens et les démarches à disposition des gestionnaires des haies ?
  • Comment mieux articuler les opérations de planification, de coordination et les actions en faveur d’un bocage vivant ?

Formation végétal d’origine locale – collecte de végétaux ligneux – 19-20 juin à Angers (49) 🗓 🗺

 

De juin à novembre 2019, l’AFAC Pays de la Loire propose un cycle de 4 modules de formations sur le végétal d’origine locale.

Le premier module de cette formation aura lieu à Angers les 19 et 20 juin.
Au programme des ces deux journées : “Comment se lancer dans la collecte de végétaux ligneux (recherches de sites ressources, décryptage des cahiers techniques)

Intervenants : CFPPA Angers le Fresne, Fédération Régionale des Chasseurs, Fraxinus sp, Sylvaloir, EIRL de la Haie à la Forêt, Plante et Cité, Conseil Départemental du Maine et Loire

Renseignements et inscription :
Fédération régionale des chasseurs des Pays de la Loire
02-41-73-89-12
frc-paysdelaloire@wanadoo.fr

Télécharger le formulaire d’inscription

 

 

 

En vidéo : l’arbre dans mon agrosystème

 

Dans une vidéo réalisée à l’initiative du CIVAM et des Planteurs Volontaires, Bernard De Franssu, agriculteur de Villers-Châtel, présente les problèmes de plus en plus fréquents dans les grandes cultures des Hauts-de-France tels que l’érosion ou la perte de biodiversité.
Et si la haie était finalement la solution à toutes ces problématiques ?

Les Planteurs Volontaires aident Bernard depuis maintenant 3 ans. Démonstration faite : les arbres sont au service de l’agriculture !

Découvrir l’interview vidéo de Bernard de Franssu

 

Avec le soutien de « L’Europe s’engage en Haut de France », la Métropole Européenne Lilloise et l’agglomération Hénin-Carvin.

 

 

S'ABONNER

Je m'inscris à la lettre d'information

Une fois par mois, recevez un condensé des actualités de l'Afac-Agroforesteries directement dans votre boîte mail !
close-link