Journée technique : Pour une cohérence de la graine au bocage – 4 juillet 2019 à Thehillac (56) 🗓 🗺

 
L’ATBVB organise une journée technique et d’échanges “Pour cohérence de la graine au bocage : Visite de la pépinière en agriculture bio « Graine de bocage – Échange sur la marque « Végétal Local »”
le  jeudi 4 juillet 2019, de 10h00 à 16h00 à Thehillac (56), avec la participation de Graine de Bocage et de l’Afac-Agroforesteries.
 
→  Inscription obligatoire jusqu’au jeudi 20 juin

Cette journée sera divisée en 2 temps :

  •     Le 1er temps sera sur la marque collective “Végétal local” portée par l’Agence Française pour la Biodiversité

Cette marque garantit l’origine locale des semences et plants d’espèces sauvages collectés et produits dans les territoires.

Près de 50 producteurs en France ont déjà rejoint la démarche et proposent aujourd’hui une gamme Végétal local.

Les semences ou plants commercialisés, issus de collectes locales en milieu naturel, ont un capital génétique spécifique, support de la fonctionnalité écologique des sites d’implantation.

Ce temps d’échange sera animé par Anne-Sophie BRUNIAU d’Arbres et territoires au titre de l’Afac-Agroforesteries.

  •        Le 2ème temps se fera au travers la visite de la pépinière Graine de bocage

Graine de Bocage est une pépinière en agriculture biologique qui produit des plants labellisés Végétal local.

Son propriétaire Manuel ROUSSEAU va cependant beaucoup plus loin que les engagements de la marque et utilise des techniques d’agroécologie pour une cohérence de la graine jusqu’au bocage.
Au travers la visite de sa pépinière, il vous présentera sa démarche de récolte des graines de la région, sur des boisements anciens et préservés afin d’assurer une génétique locale et diversifiée.
 
 

Appel à témoignages : agroforesterie et résilience à la sécheresse

 

Dans le cadre de sa stratégie d’adaptation au changement climatique, l’Agence de l’Eau Seine Normandie organise en automne 2019 une réunion avec les représentants du monde agricole sur les enjeux de l’adaptation aux sécheresses liées au changement climatique.

Dans cette perspective, l’AESN a chargé Juliette Aspar, étudiante AgroParisTech, de collecter des retours d’expériences ou des études concernant la résilience de systèmes et de pratiques agroécologiques en condition de sècheresse. Il peut s’agir par exemple de comparaisons technico-économiques entre des systèmes d’élevage herbagers bio et des élevages plus conventionnels, notamment pour des années sèches comme 2003 et 2015. Il peut s’agir aussi de retours sur des situations particulières pour lesquelles des systèmes agroécologiques comme l’agroforesterie, s’en sont mieux sortis en condition de sècheresse forte, que des systèmes conventionnels. Enfin, il peut également s’agir de données expliquant les mécanismes à l’origine de cette résilience.

Dans ce cadre, l’Agence de l’Eau Seine Normandie recherche, au sein de l’Afac, des éléments sur le rôle de l’agroforesterie dans la résilience face à la sècheresse, notamment comme préalable ou alternative à l’irrigation. Nous nous intéressons en particulier aux systèmes agroforestiers intra-parcellaires en grandes cultures ou en prairies d’élevage, mais nous sommes aussi ouverts aux éléments qui concerneraient les systèmes bocagers.
Si vous pensez disposer d’éléments à ce sujet sur le bassin où même ailleurs, nous vous serions très reconnaissants de contacter Juliette Aspar à l’adresse juliette.aspar@agroparistech.fr

 

À lire : Les haies, un enjeu fort pour les paysages et la biodiversité dans les Alpilles (Volubilis)

Crédit photo : Volubilis

 

L’ONG Volubilis, réseau euro-méditerranéen pour la ville et les paysages, revient sur l’histoire du paysage bocager des Alpilles et sur le rôle tenu par les haies de cyprès si caractéristiques de la région. Menacé par l’évolution des pratiques agricoles, ce patrimoine paysager fait désormais l’objet d’une étude-action menée par le Parc Naturel Régional des Alpilles afin de fédérer l’ensemble des acteurs locaux autour de sa protection et de sa valorisation.

Lire l’article

À lire : Rémunérer les services écosystémiques pour préserver les paysages agroforestiers en Europe atlantique et continentale

 

Relayée par le Centre d’Études et de Prospective du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, l’étude “Agroforestry is paying off – Economic evaluation of ecosystem services in European landscapes with and without agroforestry systems” compare les résultats économiques des systèmes d’agriculture conventionnels et agroforestiers. (suite…)

Journée technique : Bocage en pâturage tournant – 18 juin 2019 à St-Hilaire-de-Clisson (44) 🗓 🗺

 

Mission Bocage et le Bassin Versant de la Sèvre Nantaise (EPTB Sèvre Nantaise) organiseront le 18 juin prochain à Saint-Hilaire-de-Clisson (44) une journée technique sur le thème du bocage en pâturage tournant. Cet événement destiné aux agriculteurs présentera différentes manières d’améliorer le fonctionnement de son élevage (efficacité, gains de temps…) à l’aide de systèmes innovants basés sur l’agroécologie. Les haies bocagères et l’agroforesterie sous forme de paddocks permettent d’optimiser les performances globales de l’exploitation. Les intervenants consacreront un temps aux modes d’entretien des arbres afin qu’ils ne soient pas perçus comme une charge de travail pour les agriculteurs mais, au contraire, comme une opportunité.

La partie “agroforesterie” sera animé par Yves Gabory (Mission Bocage) et celle des haies bocagères par Benjamin Nuaud (Horizon Bocage) et Yann Binaut (EPTB Sèvre-Nantaise).

La journée se déroulera le 18 juin 2019 chez Laurent Delhommeau à Saint-Hilaire-de-Clisson, au lieu-dit Bel Air, de 10 h à 14 h.

Consulter le programme et toutes les modalités (plan, contact, etc…)

En vidéo : ARBRATATOUILLE – Un projet de recherche participative sur l’agroforesterie maraichère

 

Ce projet, coordonné par AGROOF SCOP et réalisé en partenariat avec des agriculteurs et chercheurs de l’INRA, de l’IRSTEA et du CIRAD, vise à améliorer les connaissances sur les interactions entre les arbres et les cultures maraichères. Des expérimentations sur le comportement des légumes sous les arbres, la régulation naturelle des bioagresseurs, le partage des ressources en eau et nutriments y sont menées, de même qu’une analyse des performances économiques.

La finalité est de proposer des pistes pour la conception et la gestion de ces systèmes complexes aux agriculteurs. ARBRATATOUILLE donne par ailleurs chaque année lieu à des formations techniques co-organisées et co-réalisées par AGROOF et les agriculteurs partenaires.

En savoir plus sur le projet 
En savoir plus sur les formations

 

 

S'ABONNER

Je m'inscris à la lettre d'information

Une fois par mois, recevez un condensé des actualités de l'Afac-Agroforesteries directement dans votre boîte mail !
close-link