Label Haie : lancement officiel au Ministère de la Transition Écologique et Solidaire

 

Un label pour préserver les haies

La disparition annuelle de 11.500 km de haies en France est une cause directe de l’effondrement de la biodiversité et de l’amplification des catastrophes climatiques visibles sur nos territoires. Conscients de l’importance de sauver leur bocage, des agriculteurs ont créé un label pour encadrer les bonnes pratiques de gestion des haies et leur valorisation par des filières durables et locales : le Label Haie. Son lancement officiel a eu lieu le 4 octobre 2019, au Ministère de la transition écologique et solidaire.

Lire le dossier de presse

Télécharger le dossier de presse (version légère – 1,5MB)

 

Le 6 mai 2019, le groupe d’experts des Nations Unies sur la biodiversité (IPBES) a dévoilé les conclusions de son rapport sur l’état de la planète : 50 % de la biodiversité a disparu en 40 ans. Cette extinction massive des espèces concerne principalement l’espace agricole, où 33% des oiseaux de nos campagnes ont disparu depuis les 1990 (source Muséum national d’histoire naturelle). Cet été, la France a connu une canicule intense et des phénomènes liés à la sécheresse impactant particulièrement les nappes phréatiques et les cours d’eau, presque à sec dans une majorité des départements. La crise écologique et climatique planétaire annoncée nous touche de près et n’a pas son précédent. L’arbre et la haie se retrouvent propulsés au cœur de ces problématiques comme une solution indéniable. Cette trame bocagère couvrant historiquement une grande partie des paysages agricoles a la capacité de réguler le climat, de stocker du carbone, de constituer un réservoir de biodiversité, de maintenir la quantité et la qualité des masses d’eau, … Ces services environnementaux sont incontournables pour notre agriculture et pour tous les habitants des territoires.

Pourtant la dynamique ne va pas dans le bon sens. Chaque année, les haies régressent de 11.500 km alors même que nous devrions, pour atteindre les engagements de la France pris lors l’accord de Paris à la COP21, avoir doublé le linéaire existant d’ici 2050.

Pour endiguer l’érosion bocagère et sauver les haies en France, des agriculteurs et leurs structures de valorisation du bois, appuyés par le réseau d’experts de la haie Afac-Agroforesteries, ont initié, avec le soutien financier[1] de trois Régions et cinq Groupes d’Action locale (GAL), une certification pour préserver les haies : le Label Haie. Il labellisera, dès l’automne 2019 les bonnes pratiques de gestion des haies par les agriculteurs et garantira la maîtrise d’une filière de production de bois éthique, durable et locale. Bien plus qu’un outil de développement économique des territoires, ce label est un moyen de protéger et de gérer un bien commun précieux et d’intérêt général.

Un label national …

Le label ne fournit non pas seulement une ressource en bois énergie locale et durable, il doit aider à inscrire des attitudes culturelles importantes pour réussir pour la transition de nombreux territoires agricoles : la noblesse du métier d’agriculteur cultivant ses haies, le sentiment d’appartenance forte à un territoire et à une communauté d’acteurs de la haie, la conservation d’une économie ancrée localement et à visage humain. Le label renouvelle notre vision de la haie.

Projet engagé depuis 2016 avec la construction des outils, le Label Haie est désormais prêt à entrer dans une phase d’opérationnalité. Son lancement officiel a eu lieu le 4 octobre 2019.

… pour des applications territoriales

Cette première année de mise en application concrète du label s’opérera dans les trois territoires pilotes des SCIC Bocagenèse (Bretagne), SCIC Bois Bocage Énergie (Normandie) et SCIC Mayenne Bois Énergie (Pays de la Loire). Le déploiement à l’échelle nationale sera impulsé par l’Afac-Agroforesteries avec la mobilisation croissante de nouveaux acteurs et territoires engagés.

Objectifs chiffrés pour 2024

En 2024, l’objectif est d’atteindre 3.500 agriculteurs labellisés, permettant la production annuelle de 175.000 tonnes de bois plaquette labellisées. Les collectivités territoriales engagées pourront afficher la sauvegarde de 35.000 km gérées durablement selon les critères de qualité du label.

Partenaires financiers

Cette première phase de lancement bénéficie du soutien financier du Ministère de la transition écologique et solidaire (MTES), de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), de l’Agence française pour la biodiversité (AFB), de la Région Pays de la Loire, de la Région Bretagne et de la Région Normandie ainsi que de la Fondation pour le progrès de l’Homme (FPH) à hauteur 195 000€ de subventions publiques.

 

 

 

[1] Les Régions Normandie, Pays de la Loire et Bretagne ainsi que du GAL Pays du Trégor, du GAL Haute Mayenne, du GAL Sud Mayenne, du GAL du Pays du Bocage et du GAL du Pays d’Argentan d’Auge et d’Ouche apportant des crédits européens territoriaux inter-LEADER, ont apporté un appui soutien pour un budget global de 460 000 €. L’Afac-Agroforesteries a bénéficié de la contribution financière du compte d’Affectation Spéciale Développement Agricole et Rural du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, dans le cadre de l’action 4.3 du Plan de développement de l’agroforesterie pour laquelle elle a été désignée pilote.

 

 

 

Séminaire régional : Quel avenir pour le bocage ? | Le 11 octobre à Pontivy (56) 🗓 🗺

L‘Association des techniciens de Bassins Versants Bretons (ATBVB) et la Région Bretagne organisent ensemble le

Séminaire Régional « Quel avenir pour le bocage »
le vendredi 11 octobre de 8h45 à 17h à Pontivy (56)
> Accueil participants de 8h45 à 9h15 <

Avec la participation des Chambres Régionales d’agriculture de Bretagne, de la Manche et du Pays de la Loire, l’association « Les planteurs volontaires », la SCIC « Mayenne Bois-Energie » et du réseau national pour l’Agroforesterie « REUNIR-AF » et la « Ferme laitière bas carbone »

La journée sera introduite par un grand témoin, Producteur laitier et Maire de Neulliac : Monsieur Jean-Pierre LE PONNER

Découvrir le programme complet du séminaire

Objectifs du séminaire:

     > Être force de proposition dans la construction d’une nouvelle politique publique en faveur du bocage 
     > Faire ressortir les enjeux d’aujourd’hui et de demain
     > Prendre en compte le volet économique dans les actions bocage
     > Croiser les regards et aboutir à une vision prospective
     > Présenter le réseau national pour l’agroforesterie REUNIR-AF

Public cible: La journée est ouverte à tous les acteurs « bocage » de Bretagne.

Inscription: L’inscription est gratuite et obligatoire avant le vendredi 4 octobre dernier délai via le lien suivant: CLIQUEZ ICI

Lieu du séminaire:  Lycée Le Gros Chêne, Rue de Bretagne, 56300 Pontivy

Pour plus de renseignements : 

Charlotte LE GUENIC, animatrice ATBVB  charlotte.leguenic@atbvb.fr / 02 96  58 29 78
> Pascal RENAULT, Chargé des politiques agro-environnementales Région Bretagne  pascal.renault1@bretagne.bzh

 

 

Journée régionale de l’arbre : notre allié pour sauver le climat | le 9 octobre à Toulouse 🗓 🗺

Carole DELGA, Ancienne ministre, Présidente de la Région Occitanie,

Agnès LANGEVINE, Vice-Présidente déléguée à la Transition écologique et énergétique, à la biodiversité, à l’économie circulaire et aux déchets,

Nathalie HEWISON, Présidente de l’AFAHC Occitanie,

et les membres du Conseil Régional ont le plaisir de vous convier à la

Journée régionale de l’arbre, notre allié pour sauver le climat

Mercredi 9 octobre 2019 à 9h00

Amphithéâtre CREPS de Toulouse
1 Avenue Edouard Belin
31400 Toulouse

Inscriptions : https://www.laregion.fr/journeearbre19

La journée débutera par une plénière et se poursuivra par des ateliers :

Matinée :

Après-midi :

 

Pour cause de travaux, le stationnement dans l’enceinte du CREPS sera limité.
Privilégiez le co-voiturage ou les transports en commun (Métro ligne B – arrêt faculté de pharmacie et Bus – lignes 27 et 80)

 

L’agroforesterie fait son entrée au Concours Général Agricole

Photo : Xavier Remongin/agriculture.gouv.fr

 

C’est officiel : après le succès de la première édition expérimentale du Concours des pratiques d’agroforesterie, le Concours Général Agricole intègrera, dès cette année, le savoir-faire agroforestier au sein de son Concours des Pratiques Agro-écologiques. L’arbre est désormais reconnu comme une composante à part entière de la performance agricole, et l’agroforesterie – sous toutes ses formes – comme un critère d’excellence des agriculteurs, quel que soit le système de production considéré.

Le Concours Général Agricole récompense les producteurs et soutient les filières agricoles françaises depuis 150 ans. Déjà en 2014, le Concours des Pratiques Agro-écologiques avait rejoint le CGA pour récompenser les agriculteurs sur la qualité de leurs prairies. En 2020, c’est l’agroforesterie qui sera à son tour représentée en devenant une nouvelle catégorie du Concours des Pratiques Agro-écologiques, aux côtés de la catégorie Prairies et Parcours. Après une phase expérimentale réussie en 2019 impliquant 4 régions, ce sont 11 régions qui participeront à cette nouveauté : les agriculteurs seront récompensés au Salon International de l’Agriculture en février 2020 pour la gestion de l’arbre sur leurs parcelles. 

Le Concours des Pratiques Agro-écologiques – Agroforesterie est co-organisé par l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture et l’Afac-Agroforesteries et soutenu par la Fondation Yves Rocher, la marque Vrai, La Boulangère Bio , le Fonds Archimbaud et Accor Hotels.

Lire le communiqué de presse

En savoir plus sur le concours

S’inscrire au concours

 

Quels sont les objectifs du concours ?

La catégorie Agroforesterie du Concours des Pratiques Agro-écologiques porte des valeurs de préservation des paysages, d’amélioration de l’équilibre agro-écologique des exploitations agricoles et de valorisation du savoir-faire des agriculteurs.

  • Valoriser des pratiques agricoles d’intérêt général : les exploitations mises en valeur par le concours représentent des systèmes agricoles multi-performants répondant notamment aux enjeux environnementaux actuels (lutte contre le réchauffement climatique, préservation de la biodiversité et des paysages ruraux, lutte contre l’érosion des sols,…).
  • Mettre en avant les agriculteurs qui préservent et valorisent l’arbre sur leur exploitation : l’agroforesterie est une pratique agro-écologique qui mérite toute l’attention des agriculteurs. En plus des services environnementaux rendus, elle est bénéfique à leur activité économique par de nombreux aspects (confort animal et humain, fourniture de produis variés, protection des parcelles, limitation du ruissellement des eaux,…).
  • Encourager la prise en compte de l’arbre dans les politiques publiques : le concours souhaite favoriser la reconnaissance et la prise en compte par les politiques publiques des pratiques agroforestières existantes, afin que les agriculteurs et les organismes au service des agriculteurs puissent développer ensemble une agriculture durable, associant performance économique et performance environnementale.

 

Comment se déroule le concours ?

  • Jusqu’au 31 octobre 2019 : inscription des agriculteurs auprès des organisateurs locaux, membres du réseau REUNIR-AF.
  • Automne 2019 : visite des parcelles par un jury local composé d’experts (agroforesterie, agronomie, écologie,…) et désignation d’un lauréat local.
  • Début 2020 : désignation des lauréats nationaux par un jury national.
  • 28 février 2020 : remise des prix au Salon International de l’Agriculture.

 

Revivre l’édition 2019 en images :

Cliquer sur l’image pour découvrir l’album complet. Des reportages proposés par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – http://mediatheque.agriculture.gouv.fr/

 

1 – Portrait d’Yves Clouet, producteur de lait de foin bio, dans un pré en pâturage tournant, bordé d’une haie arbustive. Gaec du Chêne long, lauréat du concours « Pratiques agro-écologiques – agroforesteries 2019.»  Photos : Pascal Xicluna/agriculture.gouv.fr  

2 – Patrice, éleveur laitier bio, du Gaec du Chêne long, lauréat du concours « Pratiques agro-écologiques – agroforesteries 2019.» Photos : Pascal Xicluna/agriculture.gouv.fr

 

3 – Jérémy Le Gruyer, membre du gaec du Douet (ferme de la Pannetière).
Le GAEC a été récompensé au concours national 2019 « Pratiques agro-écologiques – agroforesteries.»  Photos : Pascal Xicluna/agriculture.gouv.fr

4 – Gérard Vernis, lauréat des trophées de l’agroforesterie 2019 dans la catégorie « plus de 10 ans ». Élevage de bovins charolais bio dans le bocage bourbonnais. Photos : Xavier Remongin/agriculture.gouv.fr

 

 

 

 

 

 

 

Découverte de la filière de production d’arbustes locaux et visite d’une pépinière – Région Nord-Est | le 27 septembre à Ueberstrass (68) 🗓 🗺

La marque nationale Végétal local, portée par l’Agence Française pour la Biodiversité, garantit l’origine locale des semences et des plants. Elle s’appuie sur des filières de production émergentes réparties sur le territoire national.
Cette rencontre, structurée autour de la visite de la pépinière, est destinée à familiariser les prescripteurs et donneurs d’ordre avec Végétal local et avec l’offre de ligneux sur la région Nord-Est. C’est aussi un temps de débat pour structurer l’offre face à la demande et pour comprendre les leviers dans un contexte de marché public.
 
Programme :
9h45 : Accueil
10h : Présentation de la marque Végétal local et de la filière locale
11h : Visite de la pépinière
13h : Repas (restaurant à proximité, prix modéré, à la charge par les participants)
14h30 : Marchés publics et filières – table ronde
16h : Fin de la journée
 
Renseignements et inscription : celine.wisson@haies-vives-alsace.org / 06.42.90.21.29
Lieu : Pépinières Wadel-Wininger, 1 route de Delle, 68580 Ueberstrass
 
 

Journées de printemps de l’AFPF : « Produire des Fourrages demain dans un contexte de changements climatiques » – les 25 et 26 mars 2020 à Paris 🗓

 

Que faire face à ces années aux conditions climatiques exceptionnelles de plus en plus fréquentes ? Que mettre en place techniquement lorsqu’il n’est plus possible de définir ce qu’est une année « normale » pour que les éleveurs continuent à produire tout en se dégageant un revenu ? Save the date : 25 et 26 mars 2020, Journées de Printemps « Produire des fourrages demain dans un contexte de changements climatiques », organisées par l’Association Française pour la Production Fourragère (AFPF).

Le système fourrager est étroitement lié à de nombreux déterminants du réchauffement climatique mais, subissant les effets du changement climatique, il est aussi contraint de s’y adapter. Face à cet enjeu majeur, des plans nationaux ont été mis en place. Sur le terrain, éleveurs et techniciens cherchent des solutions : sélections variétales, espèces venues d’ailleurs, pratiques nouvelles ou anciennes, amélioration du potentiel existant, entretien de la fertilité,…

Les 25 et 26 mars 2020 à Paris, l’AFPF proposera deux sessions de discussions autour de ces enjeux :
• Comment maximiser les ressources fourragères produites (prairie permanente, fertilité du sol, composition, biodiversité…) et mieux les valoriser ?
• Quelles sont les pistes techniques et les améliorations des systèmes fourragers envisageables et innovantes face à ces bouleversements climatiques ?

En savoir plus sur l’événement

Découvrir les actes des précédentes éditions

Le programme des Journées de Printemps 2020 est en pleine construction et ouverts aux contributions. Les Journées de Printemps alterneront entre séances plénières, présentations flash de posters et temps d’échange autour des posters scientifiques. Les interventions seront sélectionnées en fonction de leur qualité scientifique, technique, de leur adéquation avec les thèmes couverts par les Journées de Printemps 2020 et de l’intérêt pour le public de l’évènement. La rigueur du raisonnement, la qualité des résultats et la clarté de la rédaction seront également pris en compte. Chacune des interventions orales retenues fera également l’objet d’un article de 4 à 10 pages selon le type d’intervention orale (scientifique ou témoignage). Ces articles seront rassemblés dans les actes et distribués aux participants le jour de l’évènement.

Calendrier de l’appel à contributions :
15 septembre  2019: Clôture de l’appel à communication (et du dépôt des résumés). Les contributions doivent être envoyées à contact@afpf-asso.fr. La validation des contributions sera faite au fur et à mesure des arrivées et les auteurs seront immédiatement prévenus de la validation ou non de leur proposition.
7 janvier 2020 : remise des premières version des articles
13 février 2020 : date limite de transmission de la version définitive des articles pour publication dans les actes
 20 mars : envoi du diaporama pour les contributions orales

Lire le détail de l’appel à contributions

 

S'ABONNER

Je m'inscris à la lettre d'information

Une fois par mois, recevez un condensé des actualités de l'Afac-Agroforesteries directement dans votre boîte mail !
close-link