L’agroforesterie intraparcellaire au cœur d’une élaboration paysagère menée par l’agriculteur

Crédit photo – Mathilde Rue

En introduisant des arbres sur les parcelles, l’agroforesterie intraparcellaire  opère une redéfinition spatiale et porte donc en elle de façon sous-tendue la question de la construction d’un nouveau paysage induit et donc d’un « projet de paysage ». Parmi le faisceau très large de motivations qui peuvent conduire un agriculteur à se lancer dans un projet de plantation, la prise en compte du paysage n’est pas des moindres et mérite d’être mieux étudiée, y compris dans la façon dont elle va déterminer la conception technique d’un projet de plantation aux côtés d’éléments d’ordre plus agronomiques, économiques, etc.

Ces liens entre paysage et systèmes agroforestiers ont besoin d’être approfondis, de même que les approches en sciences humaines et sociales sont à renforcer dans le domaine de la recherche en agroforesterie. C’est là tout le mérite de la thèse conduite par Mathilde Rue, portant sur la participation du paysage dans le projet des agriculteurs et dont une présentation de premiers résultats a été proposée le 18 décembre 2018 lors de la journée nationale de l’agroforesterie, à Paris. Mathilde Rue est paysagiste DPLG et doctorante en géographie et aménagement de l’espace (LISST dynamiques rurales, Toulouse ; Larep recherche en projet de paysage, Versailles-Marseille), sa thèse est soutenue par la Fondation de France.

Pour aller plus loin dans la découverte des travaux de recherche de Mathilde Rue, nous vous invitons à prendre connaissance de deux de ses publications récentes :

Formation : Bûcheronnage, abattage et élagage en sécurité 🗓 🗺

Paysages de Mares Haies Arbres poursuit ses formations d’hiver et vous propose deux journées de stages pratiques (15 et 22 janvier) pour apprendre en situations réelles lors de l’abattage, l’ébranchage et le billonnage d’arbres au sol et de l’élagage avec contrainte (fils, clôtures, bâtiments). La formation d’abattage sera dispensé à Barcus (64), et celle sur l’élagage à Pagolle (64) . Voici la formation en détails :

  • Les règles à observer ainsi que les gestes et postures à adopter pour assurer la sécurité d’un chantier et préserver votre intégrité physique 
  • à bien entretenir vos outils de coupes (tronçonneuses) en bon état de fonctionnement (réglage moteur, tension de chaîne et affûtage)
  • Les techniques d’abattages d’arbres orientés selon les points de chutes souhaités (penchant naturel ou contrarié)
  • Les techniques d’ébranchage et de billonnage d’arbres au sol
  • évaluer les risques et définir les moyens à mettre en oeuvre lors d’élagages
  • les astuces et techniques d’élagages (Présentation de matériel pour le maintien au travail en hauteur, démonstration)
  • à manipuler le matériel pour contrôler la chute de branches afin d’éviter des contraintes 

 

 

Un palmarès mondial des projets de reboisement met à l’honneur le bocage en France et le programme Plantons !

Aux côtés de programmes de plantation en Inde, en Chine, au Pakistan figurant dans un palmarès mondial de 7 projets emblématiques de reboisement cités dans un article paru le 14 décembre 2018 dans l’Édition Week-end des Echos (n° 149), la France est à l’honneur pour les actions menées en faveur du bocage par l’Afac-Agroforesteries et la Fondation Yves Rocher dans le cadre du programme Plantons pour la Planète France qui a abouti à la plantation de trois millions d’arbres en huit ans. Une aventure qui se poursuit pour atteindre l’objectif de 5 millions d’arbres plantés en 2021.

 

Le bocage : « Création d’un collectif régional au service de l’intérêt général » 🗓 🗺

Le Conseil Régional des Pays-de-la-Loire, la Fédération Régionale des Chasseurs de Pays-de-la-Loire et l’Afac-Pays-de-la-Loire organisent, le 22 janvier prochain à Bouchemaine (49), une journée d’échanges et de rencontres sur le thème du bocage, sur sa gestion, sur son développement et ses effets sur l’intérêt général. 

Le centre de gravité de cette journée sera la nouvelle structure régionale de l’Afac et son rôle dans la structuration du bocage dans la régionale à travers la restauration de la maille bocagère et le développement de l’agroforesterie intraparcellaire. La préservation et le développement de l’arbre champêtre est une réponses à différentes enjeux fondamentaux : érosion, biodiversité, paysage, développement de l’agriculture… etc.

Le rendez-vous est pris le mardi 22 janvier 2019 à Bouchemaine, de 9h à 16h, dans les locaux de la Fédération Régionale des Chasseurs de Pays-de-la-Loire, et réunira les principaux acteurs de l’arbre champêtre dans la région, ainsi que des élus, à commencer par la Présidente du Conseil Régional des Pays-de-la-Loire, Christelle Morançais. 

 

Actes des rencontres des Agroforesteries tempérées

Les 12 et 13 septembre dernier, la Fondation de France et AGROOF organisait à l’AgriCampus de Poitiers-Venours les 4èmes Rencontres des agroforesteries tempérées. Pour s’informer du compte-rendu de cet événement, il est désormais possible de consulter les actes.

Pour information, un appel à projets a été lancé par la Fondation de France sur ce sujet. Vous pouvez en connaître les modalités en cliquant sur ce lien.

Appel à projets « Recherches sur les Agroforesteries Tempérées »

La Fondation de France a lancé un appel à projets intitulé « Recherches sur les Agroforesteries Tempérées« . Son objectif est de soutenir les projets de recherche ayant pour objet d’étude les interactions entre l’arbre, la culture et l’élevage en zone tempérée. Plus précisément, l’idée est de soutenir la production de connaissances adaptées aux nouveaux besoins et questionnements des acteurs et à leurs pratiques évolutives, en continuant à financer quelques thèses et post-doctorats mais centrées sur des sujets orphelins, encore peu ou pas explorés ; en renforçant ses soutiens à des recherches plus impliquées (du type recherche-action, recherche participative) reposant sur une association étroite entre des laboratoires de recherche et des acteurs de terrain (paysans, citoyens, acteurs des territoires…).

A qui s’adresse cet appel à projets ?

  • les étudiants doctorants inscrits dans une école doctorale au sein d’une unité de recherche française. Les demandes de financement de post-doctorats sont également admissibles mais non prioritaires en 2019 ;
  • les associations et éventuellement des coopératives dont l’activité relève de l’intérêt général ;
  • les laboratoires et unités de recherche scientifique ;
  • des consortiums et regroupements de structures sur un même territoire.

La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 20 février 2019.

 

S'ABONNER

Je m'inscris à la lettre d'information

Une fois par mois, recevez un condensé des actualités de l'Afac-Agroforesteries directement dans votre boîte mail !
close-link