Une thèse de géographie renouvelle notre compréhension de la transformation des paysages de bocage

–          L’évolution des paysages de bocage en questions

Les derniers chiffres de l’enquête TERUTI-LUCAS font état d’une diminution de près de 10% de la surface occupée par les haies en France, entre 2006 et 2015. Cela souligne le décalage entre ces formes paysagères héritées d’une longue histoire agraire et l’évolution des systèmes agricoles qui contribuent à les produire. Ces chiffres interrogent également les agriculteurs, élus, habitants des campagnes et associations attachés à ces motifs paysagers emblématiques des campagnes de l’Ouest de la France.

Si les conséquences environnementales des arasements de haies sont désormais mieux connues, les processus socio-techniques qui en sont à l’origine sont en revanche généralement attribués de manière assez caricaturale au tournant « productiviste » des systèmes agricoles ou aux remembrements. Alors que les remembrements sont désormais plus strictement encadrés et que les modèles agricoles se recomposent, quels sont aujourd’hui les principaux moteurs de l’évolution des paysages de bocage ?

C’était l’un des principaux enjeux d’une thèse de géographie, soutenue à l’Université de Caen le 5 décembre 2019 par Thibaut Preux.

Paysage bocager du Virois – crédit Thibaut Preux

–          Une évolution des paysages de bocage « par petites touches »

Après avoir mis en évidence l’effet des transformations foncières sur les structures spatiales agricoles dans le grand Ouest de la France, l’auteur a retenu quatre espaces « laboratoires » du bocage (Bessin, Bocage Virois, Sud Manche, Pays d’Auge), pour y étudier les transformations paysagères entre 2003 et 2016.

Dans les bassins agricoles étudiés, l’analyse diachronique de cartes du paysage (parcelles agricoles, occupation du sol, haies…) souligne l’importance des transformations paysagères sur une période pourtant assez courte (2003-2016). Trois formes d’évolutions paysagères imbriquées apparaissent alors : l’augmentation importante de la taille des parcelles agricoles, la substitution des prairies permanentes par des cultures céréalières ou de maïs et une forte érosion du linéaire de haies. Ces évolutions s’inscrivent progressivement dans le paysage, par « petites touches ».

–          Les transferts fonciers au cœur de la transformation des paysages bocagers

Pour comprendre la manière dont s’opèrent cette évolution du paysage, l’auteur a ensuite confronté cette cartographie des dynamiques paysagères à celle des transformations foncières des exploitations agricoles (agrandissement, installation, disparition…). Cette mise en relation a permis de souligner le rôle majeur que joue l’agrandissement des exploitations dans la transformation de la mosaïque paysagère. Une enquête de terrain, réalisée auprès de près de 500 agriculteurs, a permis de préciser les principaux ressorts de ces évolutions : accroissement de la surface cultivée par actif, gains de productivité liés à la mécanisation de la production, transformation des systèmes d’élevage…

Paysage bocager du Virois – crédit Thibaut Preux

Cette thèse de géographie est librement consultable à cette adresse : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-02432779

Plus d’information, vous pouvez contacter l’auteur de ce travail : thibaut.preux@unicaen.fr

Adhésion 2020 à l’Afac-Agroforesteries

 

Pour cette nouvelle décennie, nous renforçons notre engagement en déployant partout l’arbre pour l’avenir de nos territoires. Venez planter, restaurer, gérer, valoriser la haie et l’arbre champêtre à nos côtés :

(ré)adhérez et joignez-vous à nous pour l’Assemblée Générale de l’Afac-Agroforesteries, le 24 avril 2020 à Paris

 

J’adhère en ligne

J’adhère par courrier

Déjà adhérent·e ? Je télécharge mon kit de communication

 

 

 

[réponse avant le 17/01/20] Sites Natura 2000 : appel à manifestation d’intérêt pour des suivis de jeunes haies

2ème Appel à Manifestations d’Intérêt – Évaluation de l’efficacité des mesures de gestion Natura 2000

L’Agence Française pour la Biodiversité lance pour la seconde fois un appel à manifestation d’intérêt pour soutenir des actions d’évaluation de l’efficacité des mesures de gestion et de restauration de milieux, et notamment le suivi de jeunes haies plantées. Les candidatures doivent être envoyées avant le 17/01/20. 

Une somme de 25 000€ par site Natura 2000 (pour une enveloppe globale de 350 000 € HT) est disponible pour financer ou co-financer le suivi de jeunes haies plantées à l’hiver 2020-2021 sur des sites classés Natura 2000. Ces suivis ont pour but d’évaluer, sur une période de 5 ans, l’efficacité des méthodes de gestion mises en place

Au-delà des financements, les porteurs de projets sélectionnés pourront bénéficier d’un accompagnement méthodologique tout au long du suivi et d’une analyse finale des résultats par l’UMS PatriNat. À l’issue de la période de suivi, les conclusions obtenues sur l’efficacité des mesures à partir des suivis réalisés sur ces sites pilotes auront vocation à alimenter une réflexion d’amélioration de la gestion pour l’ensemble des sites Natura 2000 et d’autres espaces naturels qui mettraient en œuvre le même type de mesures.

Consulter l’AMI Évaluation de l’efficacité des mesures de gestion Natura 2000

Modalités de réponse : Appel ouvert jusqu’au 17/01/2020. Il est recommandé de consulter votre animateur de site N2000 avant d’envoyer votre dossier de candidature à : ami.natura2000@afbiodiversite.fr avec copie à camille.bernard@mnhn.fr.

 

 

BCAE7 : l’appel à candidatures et à renouvellements est ouvert pour l’année 2020

 

Dans le cadre de l’application des Bonnes Conditions Agro-Environnementales pour le maintien des particularités topographiques (BCAE7) et pour préserver au mieux le bocage en France, un dispositif d’agrément a été mis en place par l’Afac-Agroforesteries afin de reconnaître les compétences nécessaires pour accompagner un déplacement de haie pour un meilleur emplacement environnemental. Les structures et ses conseillers agroforestiers ou techniciens bocage agréés sont officiellement reconnus dans l’arrêté ministériel du 12 février 2017. Aujourd’hui, 120 conseillers agroforestiers/bocage, présents sur toutes les régions de France (hormis la région PACA et la région Corse), disposent de l’agrément BCAE7. La liste et les coordonnées des structures et de leurs conseillers et techniciens, ont été diffusées, par le Ministère de l’Agriculture, aux DDTM concernées. Ces dernières font le lien entre les agriculteurs et les conseillers agréés. L’appel à candidatures pour demander ou renouveler cet agrément en 2020 est désormais ouvert, jusqu’au 17 janvier 2020. L’évaluation des dossiers pour les nouvelles candidatures ou pour les changements de techniciens au sein d’une structure agréée, aura lieu fin janvier 2020 pour l’attribution des agréments nominatifs.

 

Nouvelle candidature

Formulaire de demande d’agrément BCAE7

Pour les nouvelles structures candidates souhaitant recevoir l’agrément BCAE7 pour l’année 2020, ou pour les structures souhaitant renouveler leur dépôt de candidature, l’Afac-Agroforesteries ouvre un quatrième appel à candidatures. Vous pouvez, dès à présent, candidater pour obtenir l’agrément BCAE7 afin de dispenser des prescriptions pour un meilleur emplacement environnemental d’une haie dans le cadre de la BCAE7.

 

Renouvellement d’agrément

Formulaire de renouvellement 2020 de l’agrément BCAE7

Vous avez été agréé BCAE7 en 2018 et vous souhaitez renouveler votre agrément pour l’année 2020. Pour que sa reconduction soit effective, votre organisme devra être à jour de son adhésion à l’Afac-Agroforesteries pour l’année 2020 (vous recevrez début 2020 le nouveau bulletin d’adhésion) et votre demande de renouvellement d’agrément enregistrée via le formulaire de renouvellement en ligne.

Ce formulaire en ligne permet également de noter les éventuelles modifications de coordonnées de votre organismes et de vos techniciens bocage ou conseillers agroforestiers agréés en 2019. La liste des agréés sera ensuite mise à jour en février 2020 et transmise au Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et aux DDTM de France.

Attention, tout changement de techniciens bocage ou de conseillers agroforestiers agréés au sein de la structure nécessite de redéposer un dossier de candidature pour le nouveau technicien ou conseiller, via le formulaire de candidature en ligne.

 

La saison des plantations est ouverte : première animation à Rennes

Depuis plusieurs années, la Ville de Rennes plante annuellement plusieurs milliers de végétaux lors d’opérations d’aménagements ou de renouvellement urbain avec la Fondation et la Marque Yves Rocher, dans la volonté d’impliquer les acteurs locaux (habitants, associations, entreprises) à la préservation de leur cadre de vie.

L’animation-plantation de cette année, qui ouvre le bal de la saison de plantation, a rassemblé mercredi 20 novembre une quarantaine de salariés d’Yves Rocher bénévoles sur le site de la Prévalaye.  Le groupe a complété, en l’espace de deux heures, un chantier de plantation de 1 500 arbres et arbustes destinés à densifier deux haies existantes.
Tous les participants, parmi lesquels de nombreux enfants de 2 à 10 ans, ont été encadrés par une équipe d’une dizaine de jardiniers de la Ville de Rennes. L’occasion pour les plus petits de découvrir les nombreux vers de terre témoignant de la santé du sol, et pour les plus grands de réapprendre à distinguer les plus de 25 espèces plantées : alisier torminal, aulne, charme, châtaignier, chêne, cormier, érable champêtre, noisetier, frêne, … toutes certifiées par la marque « Végétal local ».

L’Afac-Agroforesteries adresse un grand merci à Fabrice Jan et Bertrand Martin, de la Ville de Rennes, pour la conception et l’organisation de ce chantier, ainsi qu’à tous les jardiniers pour leur encadrement chaleureux et pédagogique. La Ville de Rennes est par ailleurs lauréate du programme Plantons pour la planète : en route vers les 5 millions ! pour la saison 2019-2020, et continuera donc à planter lors d’un second chantier en début d’année prochaine. Merci aussi à la Fondation Yves Rocher grâce à qui ce programme de plantation prend vie, et à tous les bénévoles mobilisés.

 

 

 

 

Végétal local : déploiement de la marque dans la région d’origine Nord-Est – Retour sur deux temps forts


En Alsace, plusieurs structures s’engagent depuis 2013 dans la récolte de semences en milieu naturel afin de produire des plants arbustifs d’origine locale pour la plantation de haies champêtre.  Elles viennent désormais confirmer le mouvement d’autres structures de terrain en France, en s’adossant à la marque Végétal local afin de déployer “Végétal Nord-Est”, la filière de plants Végétal local de région d’origine Nord-Est.

Écouter l’intervention de Jacques Detemple au sujet de la structuration de la filière Végétal local en région Nord-Est dans l’émission Carnets de campagne de France Inter (à partir de 7:30)

Un mouvement de fond est apparu depuis 2 ans dans la région, où les collectivités locales, les agriculteurs et les aménageurs commencent à prendre conscience de l’enjeu majeur de se fournir en plants d’origine locale pour la préservation de la biodiversité et la pérennité de leurs investissements.  En septembre dernier, plusieurs événements ont eu lieu sous l’impulsion des correspondants locaux de l’Afac-Agroforesteries dans la région. 

 

Récolte de graines en Champagne crayeuse
– Vendredi 13 septembre 2019

Une trentaine de professionnels (collectivités, pépiniéristes, potentiels collecteurs, naturalistes…) se sont réunis à l’occasion d’une première récolte collective de graines en Champagne crayeuse, au sein de la Ferme de Montardoise, adhérente au CIVAM de l’Oasis, qui a accueilli l’initiative.  Après un temps de théorie, le groupe a récolté des semences de :

  • Crataegus monogyna
  • Cornus sanguinea
  • Sambucus nigra
  • Cornus mas

Les graines récoltées lors de cette journée permettront à la Pépinière de 4 champs de démarrer une première production de plants Végétal Nord-Est et donc de structurer une offre en semences et en plants de la marque Végétal local dès le printemps 2020. Le CIVAM de l’Oasis, à travers les projets de plantation de haies de son réseau d’adhérents exploitants agricoles, assurera les premiers débouchés de cette toute jeune filière locale. Il participera également aux prochaines récoltes de graines.

 

Découverte de la filière de production d’arbustes locaux – Région Nord-Est et Visite des pépinières Wadel-Winiger
– Vendredi 27 septembre 2019

Sur une proposition de l’Eurométropole de Strasbourg et en partenariat avec les pépinières Wadel-Wininger, un second temps d’échange a permis fin septembre de familiariser les prescripteurs (paysagistes, entreprises du paysage,…) et donneurs d’ordre (collectivités,…) avec Végétal Local et l’offre de ligneux sur la région Nord-Est. C’était aussi un temps de débat avec les producteurs (pépiniéristes, collecteurs,…) pour structurer l’offre face à la demande et pour comprendre les leviers dans un contexte de marché public.

Dans la région d’origine Nord-Est, l’intérêt des collectivités pour la filière Végétal local est réel, mais il se heurte à différents freins :

En milieu urbain, les contraintes inhérentes aux espaces publics (où les arbres et arbustes nécessitent d’avoir atteint une certaine taille avant d’être plantés) ne correspondent pas à l’offre actuelle de la filière (plants de 1 à 3 ans). Il faut donc travailler avec des pépiniéristes pour faire évoluer l’offre et pouvoir proposer des plants de 6 ou 8 ans. Par ailleurs, les collectivités ayant des difficultés à exprimer des besoins à long terme, les pépiniéristes hésitent à démarrer une production, au risque de faire face à un trop grand nombre d’invendus.

Parmi les solutions évoquées pour que les plants d’origine génétique locale soient d’avantages présents sur le territoire, figure la possibilité d’inscrire dans les CCTP des marchés publics des exigences en matière de commande de plants Végétal local. Néanmoins, le suivi du chantier doit également être minutieux afin que la plantation de ces arbres et arbustes locaux soit ensuite bien effective, en introduisant des pénalités le cas échéant.

Une prochaine rencontre est prévue entre l’Eurométropole de Strasbourg et la filière de production pour continuer les réflexions et proposer des solutions concrètes.

 

 

Journées organisées par l’Afac-Agroforesteries en tant que correspondant local de la marque Végétal Local dans la région d’origine Zone Nord-Est pour le compte de l’Agence Française pour la Biodiversité.
Journées animées par : Jacques Detemple – Afac Agroforesteries / Haies Vives d’Alsace et Françoise Gion – Afac Agroforesterie/Atelier Agriculture Avesnois-Thiérache