WEBCONFÉRENCE | PAC 2023 : l’avenir de l’arbre et la haie dans l’agriculture française se joue maintenant !

Dans les prochains jours, Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, rendra des arbitrages quant à la déclinaison, en France, des mesures de la nouvelle PAC. 

Ces décisions auront un impact déterminant sur la définition de notre modèle agricole et alimentaire pour les dix prochaines années. 

  • Comment se prennent les décisions sur cette future PAC et quelle y sera la place de l’arbre ?
  • Permettra-t-elle un développement de l’agroforesterie à hauteur des enjeux de la transition agroécologique ?
  •  Quel rôle pouvez-vous jouer dans la concertation ?

Partie prenante des négociations avec les ministères, l’Afac-Agroforesteries a besoin de vous pour défendre l’agroforesterie et vous invite à une session de décryptage et de mobilisation :

le mercredi 21 avril 2021
De 17h30 à 18h30 

 

Inscription obligatoire : https://forms.gle/r7k4C6kC3fz5j9jQ9

Rendez-vous le 21/04 sur Zoom – connexion via ce lien : 

https://zoom.us/j/92010791372?pwd=TDlFMWJyWjVyR3BIdWZOWjc3cFN5Zz09

ID de réunion : 920 1079 1372

Code secret : 459597

Mise en oeuvre de la mesure “haies” : des outils pour se mobiliser dans les territoires

Vous étiez nombreux·ses à suivre notre webconférence “Plan de relance : comment se mobiliser pour mettre en oeuvre la mesure “haies” dans les territoires” jeudi 28 janvier dernier et nous vous en remercions. Nous espérons que les éléments de contexte apportés, ainsi que le détail des propositions portées par l’Afac-Agroforesteries, vous permettront d’alimenter les discussions de cadrage de cette mesure au niveau régional. 

En effet, c’est désormais à l’échelle des Régions que se jouera l’efficacité de la mesure “haies”, puisque celle-ci est territorialisée à 100%. Afin que celle-ci permette d’accélérer le rythme de plantation et d’en garantir la pérennité, tout en confortant l’économie des filières et des structures qui œuvrent pour ces plantations, nous vous invitons donc à vous saisir des outils mis à disposition par l’Afac-Agroforesteries :

  • Présentation powerpoint de la conférence
  • Convention d’engagement (Modèle type)
  • Contrat de culture (Modèle type)
  • Barèmes pour les investissements
  • Schéma de la procédure pour le dépôt collectif de projets accompagnés individuellement
  • Calendrier
  • Coordonnées des membres du groupe inter-région de l’Afac sur le Plan de relance

Nb : Nous rappelons que tous ces éléments sont à considérer à ce stade comme des contributions faites par le réseau Afac-Agroforesteries dans le cadre des échanges avec le Ministère de l’agriculture sur la mesure “Haies”. Ces éléments sont susceptibles d’évoluer. Seul le cadre d’instruction technique final de la mesure, qui sera transmis par le Ministère aux DRAAF et aux Régions, fera foi. 

WEBCONFÉRENCE | Plan de relance : comment se mobiliser dans les territoires pour mettre en œuvre la mesure « haies » ?

Avec l’annonce, dès septembre 2020, d’une mesure dédiée à la haie dans le cadre du plan France Relance, le gouvernement s’est engagé dans une démarche inédite en faveur des haies françaises. 

  • Quels sont les défis posés par cette politique ? Comment la mettre en œuvre sur les territoires ?  
  • Pourquoi l’adoption d’une stratégie globale est-elle indispensable pour enrayer durablement la disparition des haies en France?
  • Comment se mobiliser pour garantir un développement à long terme de l’arbre et la haie dans les territoires ? 

 

Inscrivez-vous à la session de décryptage de l‘Afac-Agroforesteries le jeudi 28 janvier 2021 de 18h30 à 20h :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdDTsNNUqTifMV0XI3uFDqH_SLhTaLSmpm4dgNWKqymqcn-9A/viewform?usp=sf_link

Rendez-vous le 28/01 sur Zoom – connexion via ce lien : 

https://us02web.zoom.us/j/86141541359?pwd=YTRmcEZRajduRVpHM2h4cTFoYVJCQT09

ID de réunion : 861 4154 1359 // Code secret : 884219

2021, une bonne année pour l’arbre et la haie

Découvrez les voeux de Philippe Hirou, Président de l’Afac-Agroforesteries :

Cher·e·s adhérent·es, partenaires, sympathisant·es,

Au nom de l’ensemble du réseau Afac-Agroforesteries, de son conseil d’administration et de son équipe salariée, je vous adresse mes meilleurs vœux pour cette année 2021 que j’espère très bénéfique pour l’arbre et la haie en France.

Cette nouvelle année voit le sujet qui nous rassemble depuis bientôt quinze ans prendre une nouvelle ampleur dans le débat public et dans la conscience collective. L’arbre et la haie sont dans tous les esprits. Ils figurent désormais au cœur des politiques publiques, aussi bien agricoles et économiques qu’environnementales, et apparaissent comme un levier incontournable pour aller vers la résilience des territoires.

Consolidant sa place dans les négociations de la future PAC et dans la mise en place des expérimentations à grande échelle sur les Paiements pour Services Environnementaux (PSE), la haie fait aussi l’objet d’une mesure à part entière dans le Plan de relance gouvernemental. Pour l’Office français de la biodiversité, 2021 sera « l’année de la haie ».

Tout cela témoigne de réelles avancées ; mais notre réseau, fort de son expérience, ne méconnait pas la complexité des enjeux et notamment l’importance de se donner les moyens de réussir des plantations durables et de qualité. Planter des arbres, oui. Mais pas n’importe quoi, ni n’importe comment !

Le besoin d’un accompagnement des projets par des techniciens compétents se fait toujours plus nécessaire.

Les aléas climatiques (sécheresses, chaleurs extrêmes) invitent à être plus vigilants que jamais quant aux choix effectués collectivement. Les plants « Végétal local » par exemple, qui ont déjà montré leur efficacité avec des taux de reprise et des croissances meilleures, sont aujourd’hui victimes de leur succès. Soutenir le développement de leur production devrait être une priorité, au risque de voir des plantations réalisées au détriment de la biodiversité et des acteurs locaux.

Enfin, il reste avant tout essentiel d’assurer la pérennité des haies existantes (il disparaît encore 11 500 km de haies par an, soit quatre fois plus qu’il ne s’en plante !), de penser leur rajeunissement quand il est nécessaire, d’anticiper leur gestion, d’organiser leur valorisation.

C’est donc en s’appuyant à la fois sur les politiques publiques, à la définition desquelles nous participons, et sur les outils techniques que nous développons tous ensemble, que le réseau de l’Afac-Agroforesteries, fort de l’expérience, de la compétence et de l’énergie de ses membres en régions, pourra jouer un rôle déterminant pour redonner toute leur place à l’arbre rural et agricole, et aux haies, en France.

J’espère que vous serez à nos côtés en 2021 et je vous remercie pour votre soutien.

Sincèrement,

ZOOM SUR LE JURY EN PAYS DE LA LOIRE – Concours des pratiques agro-écologiques – Agroforesterie 2021

Les jurys locaux de la troisième édition du Concours des pratiques agro-écologiques – agroforesteries touchent à leur fin.

En début d’année 2021, les dossiers présélectionnés seront étudiés pour la finale nationale. Rendez-vous au mois de mai pour l’annonce des lauréats nationaux !

En savoir plus sur le concours

Retour en images sur les visites du jury du concours local Pays de la Loire !

Le dernier jury local de l’année s’est tenu lundi 21 décembre en Vendée, territoire retenu pour cette édition en Pays de la Loire. Cette journée était organisée par Olivier Clément (Fédération régionale des chasseurs de Pays de la Loire) et Jean-Charles Vicet (Chambre d’Agriculture des Pays de la Loire). Les six candidats concourraient dans la catégorie « Implantation ».

Le premier prix local d’Équilibre Agro-écologique Agroforesterie est décerné au GAEC Les Rocs

La ferme lauréate est installée à Saint-Mesmin et produit principalement des bovins laitiers et des légumes de plein champ en agriculture biologique. L’objectif des trois associés est d’atteindre une autonomie complète pour leur élevage. C’est pour l’instant le cas à 100 % sur la nourriture des animaux, mais pas encore sur la paille ; la gestion des haies, plantées il y a une vingtaine d’années, ainsi que la plantation de nouveaux arbres en intraparcellaires, doivent donc mener, à terme, à la production de litière bois déchiqueté pour couvrir l’ensemble des besoins. Le bois produit servira aussi à alimenter les chaudières de la collectivité locale.

Antoine Biteau explique : « j’ai eu le déclic lors d’un voyage au Maroc. Les oasis y sont un modèle pour l’agroforesterie : l’arbre protège tout ce qui est en dessous de lui. Chez nous, il sera indispensable pour s’adapter au changement climatique et retenir l’eau. »

Sur les plantations intraparcellaires, des protections individuelles électriques ont été placées autour de chaque arbre pour les protéger des vaches qui pâturent la prairie. Ces protections se révèlent aussi très utiles contre le gibier. Les associés estiment que le coût d’implantation du système, dans lequel ils ont tenté d’anticiper un maximum de problématiques de gestion ultérieure, est complètement compensé par le gain obtenu a posteriori en termes de temps de travail.

La ferme de Pascal Sachot / GAEC Le Granite remporte le 2ème prix

Bois bûche pour lui-même et pour son entourage, bois plaquette énergie pour la commune, piquets, bois d’œuvre, paillage… Chez Pascal Sachot, à Sevremont, chaque bois trouve sa valorisation ! L’arbre est une ressource économique à part entière, un atelier qui fait partie intégrante de l’exploitation. La communauté de communes a joué un rôle important dans l’instauration d’une dynamique locale de valorisation du bois issu des haies en ouvrant plusieurs chaudières collectives pour lesquelles elle se fournit uniquement localement.

« Je plante avec parcimonie, mon objectif c’est plutôt de préserver l’existant. L’impact des activités humaines sur les haies est encore trop important. »

Le GAEC la Ferme de Cérès remporte le 3ème prix

Approchant de la retraite, Jean-Marc Aubret a voulu redonner une nouvelle identité à cette parcelle en vue de sa transmission, et la protéger de l’étalement urbain. Il y a ainsi planté 42 arbres par hectare, sur des lignes espacées de 26 mètres, dont 2 de bande enherbée. Il mesure aujourd’hui un premier impact positif en matière de biodiversité et d’auxiliaires de culture : sur ses tournesols cultivés en agriculture biologique, aucuns dégâts de limaces ne sont à déplorer, grâce à une grande population de carabes amenée par les arbres.

Les arbres aident aussi à compenser la diminution de l’apport en matière organique par le fumier, suite à l’arrêt de l’activité d’élevage, et ils créent un micro-climat favorable aux cultures : « Sur le sarrasin, cette année, c’était flagrant : sur deux mètres le long des arbres, la culture était bien plus haute qu’au centre de la parcelle. » 

Le jury a visité trois autres parcelles au cours de la journée :

La ferme de Freddy Gauvrit

L’exploitation de Freddy Gauvrit est située en plein cœur du bocage vendéen et accueille un troupeau de brebis qui pâturent sur une surface fortement arborée. Freddy Gauvrit s’attache à transmettre ses engagements et son métier le plus largement possible autour de lui : par la vente directe de sa production, qui lui permet d’échanger avec ses clients et d’organiser des animations, mais aussi en accompagnant l’installation de plusieurs jeunes chaque année.

« Avec les grosses chaleurs que l’on a maintenant, il y a d’importants problèmes de myiases sur les moutons. Ici, quand mes brebis sont sous les arbre,s c’est là qu’elles sont le mieux, ça les protège. »

La ferme de Jacques Dupont

Jacques Dupont est éleveur de canards prêts à gaver et de volailles en vente directe, dans une zone ayant été très fortement remembrée dans les années 70. Il a décidé de reconstituer le maillage bocager en plantant des haies ainsi que des arbres dans les parcours à volaille, malgré les difficultés d’une zone très humide. Plusieurs essais ont été nécessaires avant de trouver les essences adaptées au milieu et la technique de plantation qui garantirait la pousse des arbres. Jacques a récemment participé à la création de l’association Arbala – Association pour l’arbre agroforestier en Loire Atlantique – pour gagner en visibilité et capter des financements.

Sensible aux impacts de son activité, Jacques a planté en premier lieu pour le bien-être de ses animaux, mais aussi pour le sien et pour le paysage. Il espère que les arbres permettront de limiter les ruissellements et de limiter ainsi la pollution en aval.

« J’ai à cœur que ça marche pour être une grande vitrine pour mes voisins. Ils vont y venir ! Ils vont bien voir que leurs vaches crèvent de chaud et qu’elles sont mieux sous les arbres. »

La ferme de Danielle et Philippe Rabaud

Danielle Rabaud a été marquée par l’arrachage massif des haies de la région pendant son enfance. Lorsqu’elle a pris la suite de son beau-père sur l’exploitation, malgré les défauts du système en place, elle a été reconnaissante du soin qu’il avait pris de conserver les 13km de haies existantes. Elle a poursuivi sa démarche en plantant, en 2007, une parcelle de prairie en agroforesterie. Elle y pratique un élevage extensif de bovins en pâturage tournant dynamique, permettant aux vaches de s’abriter sous les arbres.. La valorisation du bois est encore à développer.

Si la gestion des haies a longtemps été négligée et très mécanisée, la mise en place d’une MAE a permis à un groupe d’agriculteurs d’acquérir du matériel plus adapté et de lancer une nouvelle dynamique.

Consultation : l’Afac-Agroforesteries recherche un prestataire pour la création de son futur logiciel de gestion de la production de semences d’origine locale

Aujourd’hui, la plupart des récolteurs de végétaux d’origine sauvage et locale en France gèrent leurs données (gestion de lots de récolte, de mélange, gestion des sites de récolte, de la campagne de récolte, etc…) avec des outils bureautiques type excel. Ces outils informatiques souvent sommaires, sont peu évolutifs, et en aucune façon collaboratifs. Les risques d’erreur sont importants en l’absence de contrôles automatiques. Par ailleurs, le temps consacré à cette gestion ainsi que les compétences bureautiques à acquérir sont dissuasifs pour les récolteurs. Afin d’outiller de façon opérationnelle les récolteurs et de permettre une montée en puissance de la récolte de graines en lien avec les filières de production de végétaux d’origine sauvage et locale, l’Afac-Agroforesteries a lancé l’initiative de création d’un outil informatique national de gestion de la production des stocks de semences ligneuses et herbacées d’origine sauvage et locale. Cet outil informatique sera utilisable par tout récolteur situé sur le territoire national, moyennant un faible abonnement annuel afin de supporter les couts de maintenance et d’hébergement. Le logiciel intégrera les spécifications de la marque Végétal Local pour pouvoir être compatible avec la marque. Il sera développé au premier semestre 2021 pour un déploiement à partir de la saison de collecte 2020 (juillet 2021)

En savoir plus sur le projet de logiciel de gestion de la production et des stocks de semences ligneuses et herbacées d’origine sauvage et locale

L’Afac-Agroforesteries lance donc une consultation auprès de sociétés de services informatiques pour des prestations de développement et d’hébergement de son futur logiciel de gestion de la production de semences d’origine locale.
Cet outil sera déployé auprès des filières de production de graines sur leur territoire.
 
Passation du marché selon la procédure adaptée.
Date limite de réception des offres : mercredi 20 janvier 2021 à 16h
Transmission des offres : par courriel à l’adresse baptiste.sanson@afac-agroforesteries.fr
S'ABONNER

Je m'inscris à la lettre d'information

Une fois par mois, recevez un condensé des actualités de l'Afac-Agroforesteries directement dans votre boîte mail !
close-link