L’Afac-Agroforesteries recrute un.e chargé.e de mission

Dans une conjoncture favorable où l’agroforesterie bénéficie désormais d’une forte reconnaissance institutionnelle, médiatique et politique, l’Afac-Agroforesteries change d’échelle et étend son champ d’action pour faire de l’arbre champêtre un levier incontournable pour l’adaptation de l’agriculture et des territoires au changement climatique et aux défis environnementaux.

Dans ce contexte, l’Afac-Agroforesteries recrute un.e chargé.e de mission « Communication et animation de réseau » pour renforcer son équipe (oste à pouvoir pour le 1er mars 2019). Avec une formation de préférence en sciences humaines et sociales, ou en sciences politiques, la personne recrutée présentera un fort intérêt pour les enjeux de transition écologique et agricole, pour les dynamiques de travail en réseau et pour les valeurs que porte l’Afac-Agroforesteries.

 

 

Votre adhésion 2019 à l’Afac-Agroforesteries

En prenant ou en renouvelant votre adhésion à l’Afac-Agroforesteries, vous nous apporterez un soutien indispensable qui nous permet de peser auprès des pouvoirs publics pour faire reconnaître l’importance de la haie, de l’arbre champêtre et de l’agroforesterie et des professions qui dépendent de ces filières.

Rien de plus simple pour adhérer en 2019 à l’Association Française Arbres Champêtres et Agroforesteries, il vous suffit de télécharger et imprimer le bulletin d’adhésion 2019 (PDF – 1.1Mo)  et de nous le renvoyer avec votre règlement (chèque libellé à l’ordre de Afac-Agroforesteries) à l’adresse suivante :

Afac-Agroforesteries

6, place de Verdun

61800 CHANU


Pourquoi adhérer à l’Afac-Agroforesteries ?


Vous agissez en faveur de la haie, de l’arbre champêtre et des différentes formes d’agroforesterie ? Vous êtes convaincus que l’arbre champêtre constitue une réponse aux enjeux globaux de transition écologique et énergétique des territoires ruraux ? Vous souhaitez innover et progresser collectivement dans les techniques agroforestières, améliorer les politiques de l’arbre hors-forêt ? Vous ressentez le besoin de partager vos expériences et vos bonnes pratiques avec des pairs de toute la France souvent confrontés aux mêmes questions que vous ? C’est essentiel pour vous de créer du lien et de vous engager pour faire bouger les lignes ?  

Alors, vos motivations sont aussi celles qui animent les 221 adhérents (dont 186 structures) qui ont déjà rejoint l’Afac-Agroforesteries : le réseau des professionnels de la haie, de l’arbre champêtre et de l’agroforesterie.
 

En devenant adhérent à l’Afac-Agroforesteries, vous nous apporterez un soutien indispensable qui nous permet de peser auprès des pouvoirs publics pour faire reconnaître l’importance de la haie, de l’arbre champêtre et de l’agroforesterie et des professions qui dépendent de ces filières.

Adhérer à l’Afac-Agroforesteries, sera aussi un atout pour vous et pour votre organisme et vous permettra de :

> Avancer et vous former avec un réseau professionnel national dédié à l’arbre et la haie champêtre

Venez partager avec vos pairs au sein d’un réseau professionnel national créé par les pionniers de l’agroforesterie (certains parmi les membres fondateurs œuvrant depuis 25 à 30 ans sur ce sujet) et rassemblant aujourd’hui plus de 130 conseillers et techniciens agroforestiers agréés BCAE7. Aux côtés de ces hommes et de ces femmes qui ont les mêmes préoccupations que vous, vous pourrez vous former, faire progresser le métier de conseiller agroforestier et participer à sa reconnaissance.

> Vous investir sur des sujets innovants en contribuant aux commissions de l’Afac-Agroforesteries
Les différentes commissions de l’Afac-Agroforesteries ne sont pas réservées exclusivement aux administrateurs et peuvent intégrer des adhérents. Que ce soit sur le développement des filières, sur la règlementation ou sur la R&D… contribuez au développement de l’agroforesterie, en nous faisant bénéficier de votre expérience de terrain et de vos attentes.

> Être force de proposition pour faire évoluer la règlementation et les politiques de l’arbre hors-forêt
C’est aussi à partir de votre expertise et de votre connaissance du terrain que nous pouvons élaborer des références nationales pour éclairer les politiques publiques (sur la future PAC, sur le plan de développement de l’agroforesterie, sur la conditionnalité (BCAE7), sur l’ouverture de MAEC, etc).

> Bénéficier de moyens pour vos projets de plantation
Depuis plus de huit ans, l’Afac-Agroforesteries apporte des moyens financiers aux projets de plantations dans le cadre du programme «Plantons pour la planète – France », soutenu par la Fondation Yves Rocher – Institut de France. Ce programme a déjà permis la plantation de 3 millions d’arbres et va se poursuivre avec l’objectif d’atteindre les 5  millions d’arbres !

> Accroître la visibilité de votre structure, de vos projets et de vos formations
– Recevez régulièrement de l’information et partagez avec le réseau vos actualités (diffusion préférentielle des informations des adhérents sur le site internet de l’Afac-Agroforesteries et dans la rubrique «la vie du réseau» de la lettre d’information de l’Afac-Agroforesteries (9000 destinataires))
– Figurez sur la carte en ligne du réseau et sur l’annuaire professionnel de l’Afac-Agroforesteries (projet en phase de développement).
– Référencez vos formations dans le catalogue en ligne de formations et de journées de sensibilisation (projet en phase de développement)

 

 

L’agroforesterie intraparcellaire au cœur d’une élaboration paysagère menée par l’agriculteur

Crédit photo – Mathilde Rue

En introduisant des arbres sur les parcelles, l’agroforesterie intraparcellaire  opère une redéfinition spatiale et porte donc en elle de façon sous-tendue la question de la construction d’un nouveau paysage induit et donc d’un “projet de paysage”. Parmi le faisceau très large de motivations qui peuvent conduire un agriculteur à se lancer dans un projet de plantation, la prise en compte du paysage n’est pas des moindres et mérite d’être mieux étudiée, y compris dans la façon dont elle va déterminer la conception technique d’un projet de plantation aux côtés d’éléments d’ordre plus agronomiques, économiques, etc.

Ces liens entre paysage et systèmes agroforestiers ont besoin d’être approfondis, de même que les approches en sciences humaines et sociales sont à renforcer dans le domaine de la recherche en agroforesterie. C’est là tout le mérite de la thèse conduite par Mathilde Rue, portant sur la participation du paysage dans le projet des agriculteurs et dont une présentation de premiers résultats a été proposée le 18 décembre 2018 lors de la journée nationale de l’agroforesterie, à Paris. Mathilde Rue est paysagiste DPLG et doctorante en géographie et aménagement de l’espace (LISST dynamiques rurales, Toulouse ; Larep recherche en projet de paysage, Versailles-Marseille), sa thèse est soutenue par la Fondation de France.

Pour aller plus loin dans la découverte des travaux de recherche de Mathilde Rue, nous vous invitons à prendre connaissance de deux de ses publications récentes :

Un palmarès mondial des projets de reboisement met à l’honneur le bocage en France et le programme Plantons !

Aux côtés de programmes de plantation en Inde, en Chine, au Pakistan figurant dans un palmarès mondial de 7 projets emblématiques de reboisement cités dans un article paru le 14 décembre 2018 dans l’Édition Week-end des Echos (n° 149), la France est à l’honneur pour les actions menées en faveur du bocage par l’Afac-Agroforesteries et la Fondation Yves Rocher dans le cadre du programme Plantons pour la Planète France qui a abouti à la plantation de trois millions d’arbres en huit ans. Une aventure qui se poursuit pour atteindre l’objectif de 5 millions d’arbres plantés en 2021.

 

Le projet RESP’HAIES est lauréat 2018 de l’appel à projet CASDAR IP !

 
Le 29 octobre 2018, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a signé un arrêté déclarant l’Afac-Agroforesteries lauréate de l’appel à projet d’innovation et de partenariat 2018 du CASDAR¹ pour le projet RESP’HAIES, dont le dossier finalisé avait été déposé en avril 2018.
 

Le projet de recherche et développement déposé par l’Afac-Agroforesteries présente l’originalité de porter spécifiquement sur les haies et a pour titre RESP’HAIES pour “RESilience et PERformances des exploitations agricoles liées aux HAIES”. 

Partenaires et calendrier :

Le projet RESP’HAIES débutera en janvier 2019 et durera 36 mois. Il rassemble un consortium onze organismes partenaires parmi lesquels des partenaires de l’enseignement agricole (CEZ-Bergerie nationale de Rambouillet, EPLEFPA de Melle) ,de la recherche (UMR CNRS 6554 – laboratoire GEOPHEN LETG de l’université de Caen, INRA de Rennes – UMR BAGAP, l’UMS CNRS 3486, Maison de la recherche en Sciences Humaines – CERREV de l’université de Caen), des structures membres de l’Afac-Agroforesteries (Solagro, Agroof, la SCIC Bois Bocage Energie, la chambre d’agriculture de la Manche – FABM) et l’association Sciences citoyennes.

 
Objectifs de RESP’HAIES :

L’enjeu du projet RESP’HAIES est de promouvoir l’implantation, la gestion et la valorisation multifonctionnelle des haies au sein des exploitations et des territoires locaux, pour qu’elles contribuent à la résilience des exploitations agricoles et à leurs performances économiques, environnementales et socio-territoriales.

Afin de favoriser l’intégration des haies dans les systèmes de production pour leur durabilité, RESP’HAIES vise à produire de nouvelles ressources pour équiper les professionnels qui agissent, conseillent et forment les (futurs) agriculteurs et gestionnaires territoriaux sur la thématique de la haie. Dans une logique de complémentarité avec les actions du Plan de développement de l’agroforesterie, du RMT AgroforesterieS et du Réseau Rural Agroforestier Français, le projet RESP’HAIES a pour objectifs opérationnels :

  •  de caractériser les haies en tant que ressources territoriales en élaborant un référentiel national de productivité et de cubage des haies et en étudiant les déterminants sociotechniques de l’évolution de la ressource ;
  • d’évaluer les dynamiques des services écosystémiques des haies et leurs effets sur les performances technico-économiques des exploitations agricoles ;
  • de fournir des arguments techniques aux conseillers et aux formateurs pour aider les agriculteurs dans leurs décisions ;
  • d’élaborer des outils pour favoriser l’engagement des agriculteurs et des gestionnaires locaux dans une gestion multifonctionnelle des haies ;
  • de développer le travail en réseau afin de mutualiser des démarches techniques et pédagogiques pour favoriser les innovations.

Vous pourrez suivre l’avancement du projet RESP’HAIES via une page dédiée sur le site internet de l’Afac-Agroforesteries et une rubrique de la lettre d’information.

Pour plus des renseignements complémentaires, vous pouvez-vous adresser par mail à Baptiste Sanson, chef de projet de RESP’HAIES : baptiste.sanson@afac-agroforesteries.fr

¹ : Le CASDAR est le compte d’affectation spéciale « développement agricole et rural »  du ministère de l’agriculture et de l’alimentation, créé par la loi de finances de 2006. Le CASDAR est alimenté par la taxe sur les exploitations agricoles.