Webinaire Biodiversité et revégétalisation face au changement climatique 🗓

Dans le cadre des cycles de webinaires organisés par la marque Végétal local un webinaire sera organisé sur le thème « Biodiversité et revégétalisation face au changement climatique », le mardi 23 juin, de 14h à 15h.

Quels sont les conséquences du changement climatique sur la biodiversité ?
Comment les communautés végétales s’adaptent elles ?
Conservation des écosystèmes, révégétalisation, plantations, résilience, migration, choix des origines, diversité génétique, plasticité, atténuation… Quid de ces concepts et outils devant les incertitudes que nous amène le changement climatique ?

Intervenants :
Ophélie Ronce, CNRS, Institut des Sciences et de l’Evolution de Montpellier
Sandra Malaval et Damien Provendier pour les Conservatoires botaniques nationaux
 
Compléter le formulaire d’inscription

À l’ombre des champs : un film-recherche sur l’agroforesterie qui fait du paysage un personnage

Film-recherche. Réal. Olivier Bories, Jean-Pascal Fontorbes, 2020, 53 min., UMR CNRS 5193 LISST Dynamiques rurales, ENSFEA

Sorti en avant-première le 12 mars 2020, le film-recherche « À l’ombre des champs » met à l’écran le résultat paysager de l’action et les « paysans agroforestiers » qui le fabriquent. Ce film de 53 minutes a été réalisé par Olivier Bories et Jean-Pascal Fontorbes dans le cadre de l’appel à projet du Conseil Scientifique de l’ENSFEA. Un projet soutenu par l’UMR CNRS 5193 LISST Dynamiques Rurales, la Fondation de France et le Ministère de la Transition écologique et solidaire, avec la participation de l’Association Arbres et Paysages d’Autan.

Présentation du film-recherche par Olivier Bories :

Par endroit, encore discrètement dans les campagnes, des agriculteurs se (re)mettent à planter des arbres dans leurs parcelles. L’agroforesterie est une pratique agro-écologique qui transforme le paysage. Le film-recherche « À l’ombre des champs » met à l’écran le résultat paysager de l’action et les « paysans agroforestiers » qui le fabriquent. L’agroforesterie est une image dans le paysage de ce que ces agriculteurs sont en tant qu’hommes, des valeurs qu’ils revendiquent et leurs gestes sont une manière de nous en parler sans rien dire, d’en écrire une trace concrète, géographique et territoriale. Immersion sensible dans une autre approche de l’agriculture, pleine de sens et d’émotions, où les images et les sons font du paysage un personnage. « Le travail est un rapport au corps du pays et ses gestes habitent le paysage » (M- H Lafon, 2013).

Evaluation du plan de développement de l’agroforesterie : donnez votre avis !

Dans le cadre de l’évaluation du plan de développement de l’agroforesterie (2015-2020), le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, Bureau du changement climatique de de la Biodiversité lance une enquête internet qui vise à recueillir des retours de terrain et s’adresse aux conseillers/ techniciens agricoles mais également aux animateurs de collectifs d’agriculteurs. Le Cabinet d’étude ACTeon et son expert associé Christophe Sotteau, (Agro-Eco Expert) appuient le Ministère dans cette démarche.

 Que vous travaillez sur les questions d’agroforesterie (intra parcellaire, haies, bocage, sylvopastoralisme, etc.) ou pas, vous êtes invités à répondre à cette enquête pour donner votre avis et permettre de préparer les orientations du futur Plan de développement de l’agroforesterie. La réponse à l’enquête ne prend pas plus d’une dizaine de minutes.

Pour répondre, merci de cliquer ici :  Enquête agroforesterie

Analyse : la complexe numérisation des haies dans le Registre parcellaire graphique

Léo Magnin est doctorant en sociologie à l’université Paris-Est et à l’ENS-Lyon. Sa thèse interroge l’écologisation des politiques agricoles au prisme des haies. Dans un article intitulé « La politique agricole commune et les données retardataires » paru en novembre 2019 du n°72 de la revue Techniques & Culture, il étudie la complexité de la numérisation des haies dans le registre parcellaire graphique (RPG) et les retards que cela a pu engendrer pour le paiement des aides de la PAC.

Résumé de l’article sur Cairn.info

Les revenus des agriculteurs français dépendent substantiellement des neuf milliards d’euros distribués annuellement par la Politique agricole Commune. Alors quand, en 2016, l’argent public tarde à être versé, le monde agricole vacille. Le présent article s’attache à identifier, par une ethnographie du travail administratif, les rouages de la production du retard. Son objet est la refonte du « registre parcellaire graphique », le système d’information qui permet d’attribuer les aides en fonction de photographies aériennes des exploitations. Deux conditions de calamité sont mises au jour : la mauvaise organisation politique d’un chantier administratif et la négligence de la complexité du travail de numérisation. On y découvre les subtilités d’un travail de fourmi, délégué à des sous-traitants et à des « vacataires », qui consiste à numériser la surface agricole française à l’arbre près. C’est en étudiant la numérisation des haies, et ses multiples obstacles, qu’on découvre les détails qui sont au cœur du retard de versement des aides.

Invitation à la soutenance de thèse de Fanny Le Guillou, Université de Caen Normandie 🗓 🗺

Doctorante au laboratoire Letg-Caen-Géophen  de l’Université de Caen Normandie, Fanny Le Guillou  soutiendra sa thèse intitulée « Approche systémique de la haie, pour passer de sa multifonctionnalité à la conception de plans de gestion », le mercredi 11 Mars 2020 à 14h30, à l’Université de Caen Normandie en présence du jury composé de : 

  • M. Samuel Corgne, Professeur des Universités, Université de Rennes2, UMR LETG (Examinateur)
  • M. Daniel Delahaye, Professeur des Universités, Université de Caen Normandie, UMR LETG (Directeur de thèse)
  • M. François Laurent, Professeur des Universités, Université du Mans, UMR ESO (Rapporteur)
  • Mme Claudine Thenail, Chargée de recherche, INRA Centre Bretagne Normandie, UMR BAGAP (Rapporteur)

Télécharger l’invitation avec la description du sujet, la composition du jury et un plan d’accès.

Le laboratoire LETG-Caen-Géophen fait partie des organismes partenaires du projet de recherche et développement RESP’HAIES, coordonné par l’Afac-Agroforesteries.

S'ABONNER

Je m'inscris à la lettre d'information

Une fois par mois, recevez un condensé des actualités de l'Afac-Agroforesteries directement dans votre boîte mail !
close-link