Webinaire Végétal Local le 10 décembre 🗓

L’Agence Française pour la Biodiversité organise le 10 décembre prochain un webinaire sur la marque Végétal local. Ce webinaire est principalement à destination des prescripteurs et gestionnaires : paysagistes-concepteurs, collectivités, bureaux d’études, gestionnaires d’espaces, services instructeurs de l’Etat et des collectivités…

Qu’allez-vous apprendre ? Quel est l’intérêt d’utiliser des plantes sauvages garanties d’origine locale ? Quels sont les outils qui permettent de connaitre l’offre existante ? Que garantit la marque Végétal local ? Comment intégrer les critères de la marque dans vos cahiers des charges ? Qui produit ces espèces et pour quelles régions ? Qu’est-ce qu’une région biogéographique ?

Qu’est-ce qu’un webinaire ? Un webinaire est un séminaire ayant lieu sur la toile. Il s’agit d’une conférence en ligne, à laquelle on accède via un lien qui vous sera communiqué lors de votre inscription.

Pour plus d’informations, merci de contacter Marie Legrand au 05 62 95 85 30 ou par mail à marie.langrand@cbnpmp.fr

Formation : Implantation d’éléments arborés au sein des espaces agricoles 🗓 🗺

L’association Paysage de mares, haies et d’arbres propose cet hiver une série de formations que vous pouvez consulter ici. La prochaine se tiendra le 11 décembre prochain et sera consacrée à l’installation et à la gestion d’arbres champêtres en viticulture, en cultures, dans les prairies et dans les espaces d’accueil au public. Deux sites de visite : au vignoble du Château La Bastide Orliac à Clermonter-Soubiran (47-Lot-et-Garonne) puis à la Ferme Lou Cornal (polycultures élevages AB) à Saint-Pierre-de-Clayrac (47).

Journée Régionale d’Agroforesterie en Centre-Val-de-Loire le 7 décembre 2018 🗓 🗺

Dans le cadre du CAP Filière Grandes Cultures,l’Association d’Agroforesterie de la Région Centre Val de Loire (A2RC) et la Chambre Régionale d’Agriculture Centre Val de Loire organisent une journée régionale agroforesterie le vendredi 7 décembre sur le site INRA de Nouzilly (Indre-et-Loire-37).

Le programme sera le suivant :
Visite du site expérimental : agroforesterie intraparcellaire sur parcelles drainées
Ateliers thématiques : Agroforesterie et PAC; Réglementation générale et financement; Terrain : monter un projet; Agroforesterie et biodiversité; l’A2RC; Témoignages et discussions; Terrain : taille des arbres agroforestiers

 

Demi-journée technique sur l’utilisation de végétaux sauvages pour des prescripteurs paysagistes et/ou environnementaux 🗓 🗺

graines local

La Fédération Régionale des Chasseurs des Pays-de-la-Loire organise le 13 décembre prochain une demi-journée technique sur l’utilisation des végétaux sauvages pour les prescripteurs paysagistes et/ou environnementaux. Plusieurs intervenants se succèderont pour informer et guider les professionnels dans l’utilisation et la gestion des végétaux locaux. Cet évènement se tiendra sur le site de la Fédération Régionale, aux Basses Brosses, à Bouchemaine (Maine-et-Loire-49).

L’inscription est gratuite mais nécessaire. Pour cela, contactez Olivier Clément au 02 41 73 89 12 ou à frc-paysdelaloire@wanadoo.fr.

Plantation d’une haie sur talus sur les parcelles de la Gacilly 🗓

Chantier de plantation de haies sur les parcelles de la Gacilly.

En 2016, une première rencontre, organisée par la Fondation Yves Rocher, réunissant le service agronomique du Pôle Cosmétique Végétale® d’Yves Rocher et l’Afac-Agroforesteries, met en évidence l’intérêt du bocage gacilien. Un projet d’envergure est alors initié : valoriser ce patrimoine végétal et reconstituer un maillage de haies à l’échelle des parcelles cultivées. En effet, les haies de La Gacilly sont majoritairement constituées de grands chênes centenaires mais peu de jeunes arbres et arbustes d’avenir. Le renouvellement des haies existantes, par leur gestion pérenne et régénératrice et leur replantation, est donc un véritable enjeu pour cette exploitation, conduite en agroécologie. Ce projet permettra également de mener un travail expérimental sur la biodiversité et le bocage, à l’échelle de la région Bretagne, avec Lannion Trégor Communauté.

En réponse à cet enjeu, un plan de gestion du bocage (PGB) a été mis en place à l’échelle de l’exploitation de La Gacilly. Le PGB consiste à faire l’état des lieux des haies dont Yves Rocher a la gestion et à proposer des interventions de coupes, adaptées à la structure de la haie, ou de plantations, phasées dans le temps. Le service agronomique du Pôle Cosmétique Végétale® d’Yves Rocher a donc décidé d’implanter de nouvelles haies champêtres au sein de ses parcelles cultivées de La Gacilly. Depuis 2016, trois linéaires de haies et 542 plants ont été déjà été plantés. Ce maillage bocager permettra de protéger les cultures, d’améliorer la gestion des eaux, de créer un habitat favorable aux auxiliaires des cultures pour lutter contre les ravageurs, …  C’est dans ce cadre là, qu’une haie sur talus sera implantée en bordure de parcelle pour limiter l’érosion du sol. Les jeunes plants utilisés sont labellisés « Végétal local ». Le Syndicat Mixte du Grand Bassin de l’Oust (structure travaillant sur la reconquête de la qualité de l’eau et sur le bocage) encadrera les participants d’Yves Rocher pour le chantier de plantation et  de regarnissage de paillage et de mise en place de protection contre les rongeurs dans les haies plantées dans la même parcelle la saison dernière.

Plantation de haies avec la métropole de Rennes 🗓

Chantier de plantation de 1 500 arbres, labellisés Végétal local, réalisé le 15 novembre 2017 avec la Ville de Rennes.

Depuis plusieurs années, la Ville de Rennes plante annuellement plusieurs milliers de végétaux lors d’opérations d’aménagements ou de renouvellement urbain avec les salariés d’Yves Rocher, dans la volonté d’impliquer les acteurs locaux (habitants, associations, entreprises) à la préservation de leur cadre de vie. Parmi les opérations d’aménagements, il y a la création d’une nouvelle ligne de métro pour la métropole de Rennes qui implique des mesures destinées à compenser l’impact du chantier sur l’habitat de certaines espèces protégées de la faune et la flore locale. Rennes Métropole a donc mandaté la Semtcar (Société d’Économie Mixte des Transports Collectifs de l’Agglomération Rennaise) pour réaliser le métro mais aussi pour mener les études et chantiers des mesures compensatoires sur 23 hectares de zones naturelles.  C’est dans ce cadre là que s’était déroulée une première animation de plantation le 6 décembre 2016 sur le site de la Prévalaye et renouvelée le 15 novembre 2017 avec 1 500 arbres de plantés avec les enfants des salariés.

Pour cette année 2018, l’animation-plantation, avec la Fondation Yves Rocher, la Marque Yves Rocher et l’Afac-Agroforesteries, aura de nouveau lieu sur le site de la Prévalaye et se concrétisera par un chantier de plantation 1 340 arbres et arbustes pour densifier deux haies existantes. Plus de 25 espèces, labellisées « Végétal local » seront plantées : alisier torminal, aulne, charme, châtaignier, chêne, cormier, érable champêtre, noisetier, frêne, …

Planter pour abriter le troupeau de brebis dans la Drôme 🗓

Sylvie Monier, directrice de la Mission Haies Auvergne-Rhône-Alpes, explique les gestes pour planter un arbre.

Le 14 novembre 2018, Rémy Estavil, éleveur de brebis (et bientôt des cochons en plein air), a accueilli les volontaires des magasins Yves Rocher, la Fondation Yves Rocher et l’Afac-Agroforesteries, pour planter des arbres sur son exploitation. Près de 300 plants seront donc plantés avec des essences telles que l’Orme champêtre, le Mûrier, le Frêne, le Noisetier, le Cornouiller sanguin et mâle, … pour constituer des haies brise-vent et d’alignements d’arbres à l’intérieur des parcelles. Les objectifs de ces plantations sont de protéger et d’apporter du bien-être aux troupeaux, de retenir l’eau sur les pentes et de protéger la rivière.

Rémy Estavil est installé dans la Drôme, dite « des collines », où l’érosion des sols y est très intense. Il ne supporte plus de voir ses champs partir à la rivière lors des orages de printemps ou d’été. Pour cela, il utilise des inter-cultures (semis de moutardes, radis blanc, phacélie, …) bénéfiques à la faune sauvage et sur les parcelles les plus compliquées (grande pente), il remet de la prairie et de la luzerne (les prairies et la luzerne tiennent très bien le sol, et permettent l’infiltration de l’eau). Les animaux viennent ensuite pâturer ces espaces, sur lesquels il replante depuis deux ans des haies et des arbres avec l’accompagnement de la Mission Haies Auvergne et le soutien de la Fondation Yves Rocher. L’hiver dernier, il a planté 700 m de haies.

Il est pionnier en plantation de haies sur ce territoire de grandes cultures intensives. Il souhaite poursuivre ses plantations pour répondre aux enjeux du changement climatique qui impact déjà très négativement ses rendements en grandes cultures.

Rémy Estavil, éleveur de brebis, a déjà planté 700 mètres linéaires de haies sur son exploitation.

Plantation de haies fruitières en Camargue gardoise 🗓

Chantier de plantation en Camargue gardoise avec la Tour du Valat et Agroof, le 7 novembre 2018.

Le 7 novembre 2018, la Tour du Valat et Agroof, avec le soutien de l’Afac-Agroforesteries et de la Fondation Yves Rocher, ont organisé une animation de plantation de haies fruitières pour les volontaires d’Yves Rocher. Au total 174 plants, d’espèces fruitières (oliviers et pêches de vignes) et d’espèces mellifères (lavandins, romarins, myrtes, …), ont été plantés sur le domaine du Petit Saint-Jean, en limite de petites parcelles de vignes.

Situé en Camargue gardoise, le domaine du Petit Saint-Jean s’étend sur 100 ha de marais, de dunes fossiles d’un ancien cordon littoral, de pinède à pin pignon et de cultures (vignes, luzernes et friches). La Tour du Valat, centre de recherche sur les zones humides méditerranéennes implantée sur le domaine, y développe une exploitation agricole respectueuse de l’environnement, compatible avec les enjeux patrimoniaux et génératrice de ressources. L’objectif, à terme, est de transformer ce lieu en une vitrine de l’agroécologie en zones humides dans le sud de la France.

Depuis plusieurs années, la Tour du Valat plante des haies entre les cultures et met en place des parcelles en agroforesterie intra-parcellaire (cultures annuelles & bois d’œuvre, pré sous couvert, verger-pré, …). Pour ce faire, la Société Coopérative et Participative Agroof, spécialisée en agroforesterie depuis près de 20 ans, accompagne la Tour du Valat pour travailler à l’élaboration des projets plantation d’arbres champêtres sur l’ensemble du domaine du Petit Saint-Jean.

Nicolas Beck, en charge du Centre de recherche pour la conservation des zones humides méditerranéennes de la Tour du Valat, revient sur une haie plantée il y a quelques années.

Journée nationale de l’agroforesterie le 18 décembre 2018 à Paris 🗓 🗺

La prochaine journée nationale de l’agroforesterie se tiendra le mardi 18 décembre 2018 à Paris au Ministère de l’agriculture et de l’alimentation (Rue de Varenne – Salle Gambetta, de 10 h à 17 h). Elle est co-organisée par le ministère et le RMT-Agroforesteries. Deux grands seront abordés au cours de la rencontre  : le matin, l’état d’avancement du plan de développement de l’agroforesterie après trois années et les actions associées; l’après-midi, un focus sur “agroforesterie et changement climatique” au lendemain de la COP24 de Katowice.

Pour des renseignements complémentaires, n’hésitez pas à envoyer un mail à rmt-agroforesteries@apca.chambagri.fr

Le projet RESP’HAIES est lauréat 2018 de l’appel à projet CASDAR IP !

 
Le 29 octobre 2018, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a signé un arrêté déclarant l’Afac-Agroforesteries lauréate de l’appel à projet d’innovation et de partenariat 2018 du CASDAR¹ pour le projet RESP’HAIES, dont le dossier finalisé avait été déposé en avril 2018.
 

Le projet de recherche et développement déposé par l’Afac-Agroforesteries présente l’originalité de porter spécifiquement sur les haies et a pour titre RESP’HAIES pour “RESilience et PERformances des exploitations agricoles liées aux HAIES”. 

Partenaires et calendrier :

Le projet RESP’HAIES débutera en janvier 2019 et durera 36 mois. Il rassemble un consortium onze organismes partenaires parmi lesquels des partenaires de l’enseignement agricole (CEZ-Bergerie nationale de Rambouillet, EPLEFPA de Melle) ,de la recherche (UMR CNRS 6554 – laboratoire GEOPHEN LETG de l’université de Caen, INRA de Rennes – UMR BAGAP, l’UMS CNRS 3486, Maison de la recherche en Sciences Humaines – CERREV de l’université de Caen), des structures membres de l’Afac-Agroforesteries (Solagro, Agroof, la SCIC Bois Bocage Energie, la chambre d’agriculture de la Manche – FABM) et l’association Sciences citoyennes.

 
Objectifs de RESP’HAIES :

L’enjeu du projet RESP’HAIES est de promouvoir l’implantation, la gestion et la valorisation multifonctionnelle des haies au sein des exploitations et des territoires locaux, pour qu’elles contribuent à la résilience des exploitations agricoles et à leurs performances économiques, environnementales et socio-territoriales.

Afin de favoriser l’intégration des haies dans les systèmes de production pour leur durabilité, RESP’HAIES vise à produire de nouvelles ressources pour équiper les professionnels qui agissent, conseillent et forment les (futurs) agriculteurs et gestionnaires territoriaux sur la thématique de la haie. Dans une logique de complémentarité avec les actions du Plan de développement de l’agroforesterie, du RMT AgroforesterieS et du Réseau Rural Agroforestier Français, le projet RESP’HAIES a pour objectifs opérationnels :

  •  de caractériser les haies en tant que ressources territoriales en élaborant un référentiel national de productivité et de cubage des haies et en étudiant les déterminants sociotechniques de l’évolution de la ressource ;
  • d’évaluer les dynamiques des services écosystémiques des haies et leurs effets sur les performances technico-économiques des exploitations agricoles ;
  • de fournir des arguments techniques aux conseillers et aux formateurs pour aider les agriculteurs dans leurs décisions ;
  • d’élaborer des outils pour favoriser l’engagement des agriculteurs et des gestionnaires locaux dans une gestion multifonctionnelle des haies ;
  • de développer le travail en réseau afin de mutualiser des démarches techniques et pédagogiques pour favoriser les innovations.

Vous pourrez suivre l’avancement du projet RESP’HAIES via une page dédiée sur le site internet de l’Afac-Agroforesteries et une rubrique de la lettre d’information.

Pour plus des renseignements complémentaires, vous pouvez-vous adresser par mail à Baptiste Sanson, chef de projet de RESP’HAIES : baptiste.sanson@agroforesteries.fr

¹ : Le CASDAR est le compte d’affectation spéciale « développement agricole et rural »  du ministère de l’agriculture et de l’alimentation, créé par la loi de finances de 2006. Le CASDAR est alimenté par la taxe sur les exploitations agricoles.