Menu principal
Plantation chez un agriculteur des Flandres au Mont des Cats

Plantation chez un agriculteur des Flandres au Mont des Cats

Chantier de plantation chez un agriculteur des Flandres avec les Jardins du Cygne, le 14 février 2018

L’animation de plantation avec la Fondation et la Marque Yves Rocher s’est déroulée sur l’exploitation de Mr Nicolas Parent. Située sur le Mont des Cats, espace agricole remarquable, la ferme est installée sur la chaîne des Monts de Flandre et culmine à 164 mètres. Elle rencontre pourtant des problèmes majeurs d’érosion. Lors des derniers orages, des coulées de boues qui provenaient des champs cultivés en céréales, se sont déversées sur des parcelles de pâtures, en contre bas. Le chantier participatif de plantation a donc permis de planter une haie champêtre, barrière naturelle, pour lutter contre ces phénomènes d’érosion des sols. Ainsi, 400 végétaux espacés de 70 cm ont été plantés tous les 70 cm.

Chantier folies végétales du Muhlbach à Strasbourg

Chantier folies végétales du Muhlbach à Strasbourg

Chantier de plessage à Strasbourg avec Haies Vives d’Alsace, le 21 février 2018.

Le 21 février 2018, Haies Vives d’Alsace a organisé une animation de plessage sur un terrain, mis à disposition par la Ville de Strasbourg, pour mener des actions environnementales et sociales et proposer des expérimentations de génie écologique permettant d’accueillir la nature en ville. Ainsi, depuis 2015, 300 personnes ont participé à la construction des dispositifs tels que des clôtures végétales, des saules tressés, des haies plessées, des têtards, des espaces de jeux pour jeunes enfants, etc. De nombreux enfants du quartier se sont également retroussés les manches, via leur école, crèche, centre socio-culturel, ou parce qu’ils sont venus en famille. Les participants d’Yves Rocher ont poursuivi cette aventure humaine et écologique en construisant de nouvelles structures végétales plessées en saule.

Greffage de variétés fruitières anciennes à Thuré – Vienne

Animation greffe à Thuré avec Prom’Haies en Nouvelle-Aquitaine, le 21 mars 2018.

La deuxième édition de l’animation de greffe de variétés à fruitières anciennes et locales (poiriers et pommiers), organisée par Prom’Haies en Nouvelle-Aquitaine, les Croqueurs de Pommes, l’Afac-Agroforesteries et la Fondation Yves Rocher, a réuni avec succès de nombreux volontaires d’Yves Rocher. Cette inititation aux différentes techniques de la greffe a permis de comprendre l’enjeu d’assurer une sauvegarde de ce patrimoine végétal de la région et la magie de la greffe. Chaque greffeur est reparti avec son arbre greffé pour le planter chez lui. Cette animation s’est terminée avec la visite de la ferme de Mr François Michaud qui a planté 25 hectares en agroforesterie avec l’aide du programme « Plantons en France ».

Nouvelle liste des conseillers agroforestiers et techniciens bocage agréés BCAE7

Nouvelle liste des conseillers agroforestiers et techniciens bocage agréés BCAE7

Technicien bocage au pied d’une haie BCAE7

 

Suite à l’appel à candidatures lancé le 15 janvier 2018 et à la reconduction des renouvellements des agréments, 116 conseillers agroforestiers et techniciens bocage de 74 organismes, présents sur toutes les régions de France (hormis la région PACA et la région Corse) sont agréés à dispenser des prescriptions pour un meilleur emplacement environnemental d’une haie dans le cadre de la BCAE7, par l’Afac-Agroforesteries. Cette liste transmise au Ministère de l’Agriculture, sera diffusée prochainement aux DDTM concernées. 

 
 
Plantation de haies dans une nouvelle parcelle maraîchère – Plateau de Saclay

Plantation de haies dans une nouvelle parcelle maraîchère – Plateau de Saclay

Chantier de plantation sur le plateau de Saclay avec Haie Magique, le 23 mars 2018.

A Igny, en bordure du plateau de Saclay, les partenaires d’Yves Rocher sont venus planter sur les parcelles maraichères de Serge Coussens. L’association Haie Magique, avec le soutien de l’Afac-Agroforesteries et de la Fondation Yves Rocher, a conçu et organisé ce chantier de plantation de haies champêtres entre les bandes de cultures maraîchères. Ces linéaires de haies deviendront constitueront une infrastructure agroécologique consolidant le système de production légumière pour sa capacité à accueillir les insectes auxiliaires, son effet brise-vent sur un plateau venté, son action de drainage des eaux pluviales. Une fois le système de production maraîchère lancé, Serge Coussens ouvrira la parcelle au public qui pourra venir faire de l’auto-cueillette et aider à cultiver. En parallèle, l’association Haie Magique cultivera du saule dans la zone humide pour produire de l’osier et des boutures. L’ensemble de la parcelle (y compris les mares restaurées) et l’agencement des différentes activités sont organisés pour former un parcours ludo-pédagogique autour de la biodiversité sauvage et cultivée.

Noté B par le jury, le projet RESP’HAIES va se poursuivre jusqu’au dossier finalisé

Noté B par le jury, le projet RESP’HAIES va se poursuivre jusqu’au dossier finalisé

En novembre 2018, l’Afac-Agroforesteries et un consortium de partenaires ont déposé une manifestation d’intérêt (l’Afac-Agroforesteries éant organisme chef de file), au nouvel appel à projet d’innovation et de partenariat 2018 du CASDAR (compte d’affectation spéciale « développement agricole et rural » (CASDAR) du ministère de l’agriculture et de l’alimentation, créé par la loi de finances pour 2006. Le CASDAR est alimenté par la taxe sur les exploitations agricoles).

Le projet déposé par l’Afac-Agroforesteries porte spécifiquement sur les haies et a pour titre RESP’HAIES pour “RESilience et PERformances des exploitations agricoles liées aux HAIES”. 

En effet, ce projet vise à produire des ressources (outils, méthodes, démarches, nouvelles données) pour mieux préserver et valoriser les haies dans l’espace agricole. S’il est lauréat, ce projet débutera en janvier 2019 et durera 36 mois. Auparavant un jury d’expert indépendant a examiné les dossiers et exprimé son appréciation sous la forme d’un avis.

RESP’HAIES a été noté B par le jury, qui en a apprécié l’intérêt potentiel non négligeable, la présentation claire et le partenariat technique et complémentaire. Pour être améliorée, la version finalisée du dossier devra s’attacher à préciser les modalités de valorisation et de diffusion, et les cibles et finalités concrètes devront être précisées.

Les partenaires du consortium de RESP’HAIES ont donc décidé de poursuivre jusqu’au dépôt du dossier finalisé qui devra être remis le 10 avril 2018. Les lauréats du projet seront connus en juillet 2018. 

Pour rédiger cette manifestation d’intérêt, l’Afac-Agroforesteries s’est appuyée sur les travaux d’un séminaire d’écriture qui avait eu lieu en septembre 2016 à Puydarrieux, et sur une commission de travail dédiée, pilotée par Frédéric Coulon de Solagro et Fabien Liagre d’Agroof. Outre l’Afac-Agroforesteries, le consortium de partenaires réunis pour participer au projet RESP’HAIES regroupe onze organismes parmi lesquels des partenaires de l’enseignement agricole (CEZ-Bergerie nationale de Rambouillet, EPLEFPA de Melle) ,de la recherche (UMR CNRS 6554 – laboratoire GEOPHEN LETG de l’université de Caen, INRA de Rennes – UMR BAGAP, l’UMS CNRS 3486, Maison de la recherche en Sciences Humaines – CERREV de l’université de Caen), des structures membres de l’Afac-Agroforesteries (Solagro, Agroof, la SCIC Bois Bocage Energie, la chambre d’agriculture de la Manche – FABM) et l’association Sciences citoyennes.

Deux autres dossiers Casdar – “PILAF” et “DECISYF” – ont été également été déposés cette année par des collègues des réseaux chambre, de l’INRA et de UniLasalle Beauvais : ces projets portent sur l’agroforesterie intraparcellaire. Seul le dossier DECISYF fera l’objet d’un dépôt de dossier finalisé.

Jusqu’à la date de publication des lauréats, le contenu du projet casdar RESP’HAIES porté par l’Afac-Agroforesteries est confidentiel. Nous pourrons ensuite le partager au cas par cas, vous pouvez nous en faire la demande en écrivant à baptiste.sanson@agroforesteries.fr

 

Comme 133 adhérents avant vous, n’attendez plus pour adhérer en 2018

Comme 133 adhérents avant vous, n’attendez plus pour adhérer en 2018

N’attendez pas le milieu de l’année pour reprendre votre adhésion à l’Afac-Agroforesteries en 2018 et suivez l’exemple des 133 adhérents (vous étiez 221 adhérents en 2017, dont 186 structures) qui ont déjà renvoyé leur bulletin d’adhésion dûment rempli.

Pour adhérer à l’Association Française Arbres Champêtres et Agroforesteries, il vous suffit de télécharger et imprimer le bulletin d’adhésion 2018 (PDF – 1.1Mo) et de nous le renvoyer avec votre règlement (chèque libellé à l’ordre de Afac-Agroforesteries) à l’adresse suivante :

Afac-Agroforesteries

6, place de Verdun

61800 CHANU

Nous rappelons que vous devez être à jour de votre cotisation pour pouvoir souscrire au nouvel appel à projet “Plantons en France, en route vers les 5 millions” , c’est aussi une condition requise pour être agréés BCAE7 par l’Afac-Agroforesteries.


Pourquoi adhérer à l’Afac-Agroforesteries ?


Vous agissez en faveur de la haie, de l’arbre champêtre et des différentes formes d’agroforesterie ? Vous êtes convaincus que l’arbre champêtre constitue une réponse aux enjeux globaux de transition écologique et énergétique des territoires ruraux ? Vous souhaitez innover et progresser collectivement dans les techniques agroforestières, améliorer les politiques de l’arbre hors-forêt ? Vous ressentez le besoin de partager vos expériences et vos bonnes pratiques avec des pairs de toute la France souvent confrontés aux mêmes questions que vous ? C’est essentiel pour vous de créer du lien et de vous engager pour faire bouger les lignes ?  

Alors, vos motivations sont aussi celles qui animent les 221 adhérents (dont 186 structures) qui ont déjà rejoint l’Afac-Agroforesteries : le réseau des professionnels de la haie, de l’arbre champêtre et de l’agroforesterie.
 

En devenant adhérent à l’Afac-Agroforesteries, vous nous apporterez un soutien indispensable qui nous permet de peser auprès des pouvoirs publics pour faire reconnaître l’importance de la haie, de l’arbre champêtre et de l’agroforesterie et des professions qui dépendent de ces filières.

Adhérer à l’Afac-Agroforesteries, sera aussi un atout pour vous et pour votre organisme et vous permettra de :

> Avancer et vous former avec un réseau professionnel national dédié à l’arbre et la haie champêtre

Venez partager avec vos pairs au sein d’un réseau professionnel national créé par les pionniers de l’agroforesterie (certains parmi les membres fondateurs œuvrant depuis 25 à 30 ans sur ce sujet) et rassemblant aujourd’hui plus de 130 conseillers et techniciens agroforestiers agréés BCAE7. Aux côtés de ces hommes et de ces femmes qui ont les mêmes préoccupations que vous, vous pourrez vous former, faire progresser le métier de conseiller agroforestier et participer à sa reconnaissance.

> Vous investir sur des sujets innovants en contribuant aux commissions de l’Afac-Agroforesteries
Les différentes commissions de l’Afac-Agroforesteries ne sont pas réservées exclusivement aux administrateurs et peuvent intégrer des adhérents. Que ce soit sur le développement des filières, sur la règlementation ou sur la R&D… contribuez au développement de l’agroforesterie, en nous faisant bénéficier de votre expérience de terrain et de vos attentes.

> Être force de proposition pour faire évoluer la règlementation et les politiques de l’arbre hors-forêt
C’est aussi à partir de votre expertise et de votre connaissance du terrain que nous pouvons élaborer des références nationales pour éclairer les politiques publiques (sur la future PAC, sur le plan de développement de l’agroforesterie, sur la conditionnalité (BCAE7), sur l’ouverture de MAEC, etc).

> Bénéficier de moyens pour vos projets de plantation
Depuis plus de huit ans, l’Afac-Agroforesteries apporte des moyens financiers aux projets de plantations dans le cadre du programme «Plantons pour la planète – France », soutenu par la Fondation Yves Rocher – Institut de France. Ce programme a déjà permis la plantation de 3 millions d’arbres et va se poursuivre avec l’objectif d’atteindre les 5  millions d’arbres !

> Accroître la visibilité de votre structure, de vos projets et de vos formations
– Recevez régulièrement de l’information et partagez avec le réseau vos actualités (diffusion préférentielle des informations des adhérents sur le site internet de l’Afac-Agroforesteries et dans la rubrique «la vie du réseau» de la lettre d’information de l’Afac-Agroforesteries (9000 destinataires))
– Figurez sur la carte en ligne du réseau et sur l’annuaire professionnel de l’Afac-Agroforesteries (projet en phase de développement).
– Référencez vos formations dans le catalogue en ligne de formations et de journées de sensibilisation (projet en phase de développement)

 

 

Nouveau : projet Agrobranche, 2018-2020

Nouveau : projet Agrobranche, 2018-2020

Fabien Liagre, responsable recherche et développement de la SCOP AGROOF située à Anduze (membre du conseil d’administration de l’Afac-Agroforesteries) nous informe du démarrage d’un nouveau projet baptisé Agrobranche, coordonné par Agroof avec la Chambre d’Agriculture de Bretagne, le CIRAD, l’INRA, l’Ecole des Mines, l’Université de Lorraine, l’entreprise FRD. Ce projet est prévu pour se dérouler de 2018 à 2020.

Des matériaux biosourcées à base de fibres de bois: un enjeu important pour les industriels du secteur (source : SCOP AGROOF)

Agrobranche vise à étudier la possibilité de renforcer le modèle économique de l’agroforesterie en améliorant la valorisation de la biomasse intermédiaire dans les nouveaux domaines des matériaux et de la chimie biosourcés.

Cet objectif répond à une double finalité :

  • La conduite agroforestière exige des coupes fréquentes des branches pour le contrôle de l’ombrage et de l’emprise des arbres. Les branches constituent ainsi une ressource mobilisable tout au long de la vie des arbres, aujourd’hui peu exploitée.
  • Pour les partenaires du développement industriel, il s’agit de bénéficier d’une ressource biomasse de qualité, non concurrente avec les productions agricoles classiques, donc plus sûres en termes d’approvisionnement.

L’ensemble des produits finaux seront abordés avec une approche systématique, afin :

  • d’identifier les meilleurs segments pour l’agroforesterie avec une comparaison entre les différentes utilisations possibles
  • d’appréhender la pertinence de ces produits agroforestiers parmi l’ensemble ressources mobilisable pour ces segments.

Parmi les segments visés, les isolants rigides/semi-rigides à base de bois, les panneaux de particules et les composites bois-polymère pour la voie de valorisation « matériau » et les molécules extractibles pour la voie de valorisation « chimie verte» seront particulièrement envisagés comme voies de valorisations prometteuses dans le cadre de notre étude.

Les travaux qui vont être menés par un consortium alliant organismes professionnels agricoles, laboratoires de recherche et entreprises, visent à :

  • définir des produits agroforestiers susceptibles de contenir des substances extractibles d’intérêt,
  • qualifier le potentiel industriel de valorisation des plaquettes agroforestières pour les nouveaux marchés

  • identifier le standard des plaquettes agroforestières répondant aux besoins des entreprises pour une application donnée et l’organisation de la filière afin d’optimiser son développement et sa rentabilité,

  • définir d’une part en amont les itinéraires de production de ces plaquettes et d’autre part en aval les routes technologiques dédiées d’extraction des fibres et molécules d’intérêt,

Ces travaux seront validés par des tests de mise en œuvre et de caractérisation de biomatériaux / extraction de molécules à l’échelle laboratoire et/ou pilote. Cinq résultats principaux sont attendus :

  1. Identification des produits plaquettes types : conditions et coûts de production ; analyse de la concurrence avec d’autres usages ; Cette identification se déclinera selon les essences choisies (Chêne et châtaignier pour la ressource haie, noyer et peuplier pour l’agroforesterie intraparcellaire.
  2. Comparaison systématique des segments concernés par l’agroforesterie et de l’opportunité du produit agroforestier par rapport à d’autres produits d’origine agricole ou forestière
  3. Identification et caractérisation des renforts fibreux et molécules types, issues de la 1ère transformation des plaquettes, en distinguant essentiellement le domaine des matériaux et celui de la chimie biosourcée,
  4. Formalisation du cahier des charges pour la partie « terrain » : définition des itinéraires techniques et des modes d’organisation de la filière de production.
  5. Validation économique et environnementale des procédés de 1ère transformation et de mise en œuvre des matériaux biosourcés sélectionnés (analyse de faisabilité et bilan ACV sur la chaîne de valeur jugée la plus pertinente). 

Un des points forts du projet réside dans le caractère innovant et d’actualité du sujet. A ce jour, aucune étude n’a abordé de manière aussi complète la valorisation de la biomasse agroforestière, avec un partenariat aussi représentatif des acteurs de la filière complète. L’étude tiendra également compte du risque de concurrence et de la complémentarité avec des filières existantes (ex bois énergie, Bois Raméal Fragmenté, matériaux biosourcés, produits chimiques de substitution…).

 L’atout principal d’Agrobranche est le souci de connecter les besoins des filières recherche et industrielle avec un produit agroforestier à forte valeur agroécologique, et non concurrent des productions agricoles. On évite ainsi l’écueil fréquent des projets chimie verte basés sur des productions concurrentes et/ou sur des ressources limitées ou peu pérennes, voire peu durables d’un point de vue bilan énergétique.
 

Selon les résultats, une étape de valorisation industrielle des segments prioritaires testés sera proposée dans le cadre d’un appel à projet à vocation industrielle.

Contact :

Fabien Liagre, responsable recherche et développement SCOP AGROOF

liagre@agroof.net

Plantation de haies pour un parcours à volailles près d’Amiens

Plantation de haies pour un parcours à volailles près d’Amiens

La 9ème animation-plantation de la tournée de l’Afac-Agroforesteries et de la Fondation Yves Rocher-Institut de France s’est tenue à Jeancourt, le 14 mars 2018.

Mercredi 14 mars 2018, les équipes des magasins Yves Rocher du secteur d’Amiens se sont mobilisées pour planter 400 arbres et arbustes chez le couple d’agriculteurs de l’EARL du Haut Buisson à Jeancourt, démarrant un atelier de poules pondeuses en agriculture biologique. La plantation du parcours arboré pour les volailles permettra aux poules d’exprimer leur comportement exploratoire naturel tout en limitant leur stress. Encadrée par Françoise Gion, directrice de l’Atelier Agriculture Avesnois Thiérache, le chantier de plantation a permis  de réaliser plusieurs linéaires de haies composées d’essences telles que la bourdaine, le camérisier à Balai, le charme, le cornouiller sanguin, l’érable champêtre, le nerprun purgatif, le saule marsault, le troène vulgaire, …

Lancement de l’appel à projets “Plantons en France – en route vers les 5 millions” avec la Fondation Yves Rocher

Lancement de l’appel à projets “Plantons en France – en route vers les 5 millions” avec la Fondation Yves Rocher

Candidatez à l’appel à projets “Plantons en France – en route pour les 5 millions ”, saison 2018-2019 !

Le nouvel appel à projets “Plantons en France – en route vers les 5 millions” ouvre une 9ème campagne de plantations soutenue par le programme «Plantons pour la Planète» porté par la Fondation Yves Rocher-Institut de France. Grâce à ce programme et à ses opérateurs-planteurs, 3 millions d’arbres hors-forêt ont déjà été plantés en France depuis 2010. Cet appel à projets, 2018-2019, inaugure un nouveau programme qui prévoit la plantation de 2 millions arbres supplémentaires d’ici 2021, à raison de 600.000 arbres par an. Ainsi, en 2021, sera atteint l’objectif de 5 millions d’arbres champêtres plantés en France dans le cadre du partenariat entre la Fondation Yves Rocher-Institut de France et l’Afac-Agroforesteries.
 
Ce dispositif, porté par l’Afac-Agroforesteries, vise à impulser une dynamique de plantation de haies, de vergers ou d’alignement d’arbres en intraparcellaire afin de reconstituer un maillage bocager, de favoriser les systèmes agroforestiers et de réintroduire l’arbre au cœur des territoires ruraux.
 
Il a permis, au cours des précédentes campagnes de plantation, d’endiguer la disparition des haies de façon significative et de créer des dynamiques territoriales durables autour de la problématique de l’arbre champêtre en renforçant les fonctionnalités suivantes :
  • atténuation des effets du changement climatique, tout en s’y adaptant
  • maintien de la qualité des eaux et lutte contre l’érosion des sols
  • amélioration de la biodiversité du bord de champ
  • protection des cultures et des troupeaux
  • stockage de carbone
  • lutte contre la banalisation des paysages ruraux
 
Consciente de ces enjeux, la Fondation Yves Rocher poursuit résolument son engagement en matière de haute-qualité de plantation en soutenant la filière d’arbres et d’arbustes labellisés “Végétal local” avec pour objectif d’accompagner la plantation d’un million d’arbres labellisés «Végétal local». Dans cet objectif, il est prévu que 50% des plants du nouveau programme “Plantons en France – en route vers les 5 millions» qui seront plantés 2021, soient labellisés «Végétal local».
 
 
 

 

Concours pour la préservation des allées d’arbres

Concours pour la préservation des allées d’arbres

Nous relayons l’appel à participer au “prix des allées d’arbres”, transmis par Chantal Pradines, présidente du jury de ce concours :

Le « Prix des allées » organisé par la SPPEF (Sites et Monuments) vous attend. Il vous reste quelques jours pour candidater : les dossiers doivent être remis pour le 31 mars 2018.  http://www.sppef.fr/2015/09/22/concours-allees-darbres/

Et même si vous avez déjà concouru par le passé…  Vous n’avez pas été lauréat ? C’est effectivement possible : retenir chaque année 17 ou 18 lauréats ne serait pas bien sérieux !

Cela ne signifie pas pour autant que votre dossier n’a pas intéressé le jury. Et entre temps, vous avez continué à enrichir vos actions. Alors, n’hésitez pas à capitaliser sur le travail déjà accompli pour représenter un dossier !

Contact :

Chantal Pradines

Ingénieur Centrale Paris – Cabinet All(i)ée – 03 29 06 78 50 – F 88350 Trampot

 

 

 

Retour sur l’AG de l’Afac-Agroforesteries

Retour sur l’AG de l’Afac-Agroforesteries

Assemblée générale de l’Afac-Agroforesteries – 28 février 2018 à Sare.

L’Afac-Agroforesteries a tenu son Assemblée générale annuelle le 28 février 2018 à Sare. Moment important de la vie de l’association, l’AG a permis de débattre sur les avancées et les perspectives des différentes commissions de travail aux thématiques de l’Afac-Agroforesteries. Les échanges se sont prolongés avec une table ronde sur les dynamiques de structuration régionales de réseaux engagés en faveur des systèmes agroforestiers.

Télécharger les documents validés ou présentés en AG.

Adhérents et administrateurs ont pu élire les nouveaux membres du Conseil d’administration.Il compte 21 membres répartis en trois collèges et se réunit régulièrement pour suivre les orientations stratégiques de l’association. 

La composition du Conseil d’administration 2018-2019 :

Le premier collège est composé des structures dont l’objet premier est la prise en compte de la haie, de l’arbre hors forêt et de toutes les agroforesteries.

Prom’Haies en Nouvelle-Aquitaine – Françoise SIRE

Misison Bocage – Yves GABORY

Mission Haies Auvergne –  Sylvie MONIER

AFAHC Occitanie – Nathalie HEWISON

Les Planteurs Volontaires – Alan GUILLOU

Haies Vives d’Alsace – Jacques DETEMPLE

Passages Franck Viel

 

Le deuxième collège est composé des collectivités et des administrations de l’Etat, des organismes de l’agriculture et de la forêt, des structures dont la prise en compte de la haie et de l’arbre hors forêt n’est pas l’objet principal.

Association des techniciens de bassins versants bretons (ATBVB) -Catherine MORET

CAUE de la Creuse – Marin BAUDIN

Fédération des association de boisement de la Manche (FABM) – Pascal LECAUDEY, représenté en permanence par Eddy CLERAN

Fédération nationale des chasseurs (FNC) – Willy SCHRAEN représenté en permanence par Olivier CLEMENT

CREN Poitou-Charentes – Patricia BUSSEROLLE représentée en permanence par Michel BOUTAUD

Parc Naturel Régional de la Brenne  – Dany CHIAPERRO et Clémence LEGROS en suppléante

Chambre régionale d’agriculture des Pays de la Loire  – Dominique BORDEAU représenté en permanence par Philippe GUILLET

  

Le troisième collège est composé d’entreprises, des centres de recherche et des établissements d’enseignement et de toutes autres personnes adhérant à titre personnel.

A titre individuel – Xavier DEVAUX

SCIC Mayenne Bois Energie – Emmanuel LELIEVRE

Agroof – Fabien LIAGRE

SCIC Bois Bocage Energie – Laurent NEVOUX

Solagro – Frédéric COULON

A titre individuel – Philippe HIROU

A titre individuel – Pierre BALLAIRE

Edito de la présidente de l’Afac-Agroforesteries

Edito de la présidente de l’Afac-Agroforesteries

S’il est une phrase qui ne change pas dans nos statuts, c’est bien la première : «L’association réunit et représente les personnes physiques et morales œuvrant en faveur des arbres et des haies champêtres, et de l’agroforesterie sous toutes ses formes». Agir pour la haie et l’arbre champêtre, c’est le ciment de notre réseau. 

Vos activités, chers membres et partenaires, prouvent leur utilité au quotidien au pied de la haie et remplissent une mission plus large relevant de l’intérêt général car elles font le lien entre les transitions écologique et énergétique, en renforçant la fonctionnalité de nos territoires et la qualité de nos paysages. 

Vos actions au plus près du terrain donnent toute sa crédibilité à l’Afac-Agroforesteries, dont la mission première de tête de réseau, est d’être à votre écoute et de relayer vos réalisations et vos préoccupations auprès des ministères et des décideurs. Ce rôle de porte-parole et de courroie de transmission du bas vers le haut et du haut vers le bas est fondamental. Après dix années de fonctionnement, célébrées en juin dans le Saumurois, nous gagnons en reconnaissance et en légitimité. Nous pouvons être fiers de la place que nous occupons aujourd’hui à l’échelle nationale : il nous faudra continuer d’affirmer notre présence comme nous avons pu le faire au cours de cette année 2017 (avec les ministères de l’agriculture et de l’environnement, avec l’Agence française pour la biodiversité, avec le monde de la recherche et de l’enseignement, …). 

Le rapport d’activité vous donnera un panorama complet de l’année écoulée. Quelques actions sont à saluer car elles reflètent bien la dynamique de notre association :

en 2017, nos moyens humains ont augmenté avec l’arrivée de Baptiste Sanson aux côtés de Paule Pointereau et  avec le salariat de Marie-Hélène Berthoud. 

cet apport de forces vives a permis de démarrer de nouveaux projets comme la préparation des sixièmes Rencontres nationales arbres et haies champêtres sur le thème « Ressources en eau, ressources bocagères », la coordination d’une réponse à l’appel à projet Casdar (projet RESP’HAIES), tout en maintenant le développement d’actions essentielles pour l’avenir de l’arbre champêtre comme la création d’un label « bois bocager géré durablement », le développement des filières de production d’arbres et d’arbustes labellisés Végétal local, etc.

Tous ces projets ne pourraient pas être portés par l’Afac-Agroforesteries sans le soutien constant et vraiment indispensable de notre partenaire et mécène, la Fondation Yves Rocher – Institut de France, qui se tient à nos côtés depuis 2008 et grâce à qui nous aurons planté 3 millions d’arbres au printemps 2018. Nous lui adressons nos plus chaleureux remerciements et nous avons la grande joie de vous annoncer que ce partenariat va se poursuivre dans le cadre d’un nouveau programme qui nous mènera jusqu’en 2021 avec l’objectif d’atteindre les 5 millions d’arbres.

Nous remercions aussi la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme (FPH), qui nous a apporté en 2017 un soutien précieux en accueillant gracieusement notre séminaire stratégique annuel à Villarceaux et qui nous met à disposition un bureau dans ses locaux parisiens. Les liens avec la FPH vont se renforcer encore puisqu’une convention de partenariat va être signée jusqu’en 2020. 

Enfin, l’Afac-Agroforesteries ne serait rien sans l’investissement de ses administrateurs et de tous ses membres, merci à vous tous pour votre implication indispensable. 

En 2018, au delà du programme d’actions évoqué précédemment, l’Afac-Agroforesteries portera une attention particulière à l’émergence d’antennes régionales. Nous avons aussi pour objectif de mieux formaliser notre projet associatif pour reprendre et actualiser les valeurs de la charte de l’association en fixant le cap pour les 10 prochaines années. 

Le réseau Afac-Agroforesteries est riche de sa diversité et fort de sa solidarité. La reconnaissance obtenue se doit d’être à la hauteur du travail accompli. Nous sommes de ceux qui agissent car conserver, gérer, planter se fait sur le terrain. Alors, continuons !

Pour l’Afac-Agroforesteries, Françoise Sire, présidente

La SCIC Mayenne Bois Energie rejoint le conseil d’administration

La SCIC Mayenne Bois Energie rejoint le conseil d’administration

Emmanuel Lelièvre, président directeur général de la SCIC Mayenne Bois Energie, dans un têtard de châtaignier pluricentenaire de sa ferme.

 
Lors de l’Assemblée générale de l’Afac-Agroforesteries qui s’est tenue à Sare le 28 février 2018, la SCIC Mayenne Bois Energie, représentée par Emmanuel Lelièvre, a été élue à l’unanimité pour siéger à son conseil d’administration. Emmanuel Lelièvre témoigne de son engagement pour l’arbre et la haie et de sa volonté de s’investir dans l’association :
Je suis investi dans la gestion et la valorisation durable de la haie et du bocage depuis 2005, au travers de la présidence de l’association Bois Bocage Énergie de St Hilaire du Maine (53) puis de la SCIC Mayenne Bois Énergie. 
J’ai toujours eu la volonté de travailler en réseau pour mieux défendre l’arbre, la haie. Depuis bientôt deux ans, Mayenne Bois Énergie est associée au projet de création du label bois bocage géré durablement, piloté efficacement, admirablement, formidablement, …… par l’Afac-Agroforesteries. 
J’ai pu apprécier la qualité professionnelle mais aussi humaine de ses membres. Nos réunions sont toujours des moments intenses de travail, de réflexions, d’écoute dans un contexte chaleureux. C’est donc avec beaucoup de plaisir et d’envie que je suis prêt, à rejoindre le CA de l’Afac-Agroforesteries et de contribuer modestement à son rayonnement. 
Vers un outil plan de gestion des haies national

Vers un outil plan de gestion des haies national

En tant que co-pilotes de l’action 4.3 du plan de développement de l’agroforesterie, intitulée « Mettre en place des plans de gestion durable des systèmes agroforestiers et promouvoir la reconnaissance « bois agroforestier géré durablement », l’APCA et l’Afac-Agroforesteries mettent en place un groupe de travail national sur l’outil plan de gestion des haies. La première réunion nationale aura lieu :
le 17 avril 2018 à Paris
 
Cette démarche a pour ambition de proposer un outil opérationnel et harmonisé à l’échelle nationale. En effet, de nombreux plans de gestion ont été mis en place par des structures engagés en faveur des haies et du bocage et ont fait leurs preuves. Ces outils mériteraient d’être mis en commun et à disposition de tous. 
 
Parce qu’il permet un état des lieux et une connaissance fine des haies d’une exploitation, le plan de gestion est un outil incontournable tant pour l’exploitant que pour le conseiller agroforestier ou le technicien bocage. Il est également une base indispensable pour le label bois bocager géré durablement.
1er comité de suivi national du label bois bocager géré durablement

1er comité de suivi national du label bois bocager géré durablement

Le premier comité de suivi national du projet label bois bocager géré durablement se tiendra :

Le 5 avril 2018-de14h à 16h30
au Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – 3 rue Barbet de Jouy – 75007 PARIS

Ce comité national est composé des différents représentants de la filière (producteurs, consommateurs, transformateurs, société civile et institutionnels), pour suivre le projet dans ses différentes étapes de réalisation et pour valider les grandes orientations du label, avant sa sortie début 2019.

Le projet label bois bocager géré s’inscrit dans le plan de développement de l’agroforesterie, coordonné par le Bureau du Changement Climatique et Biodiversité (BCCB) du Ministère de l’Agriculture, sous l’action « promouvoir la reconnaissance «bois agroforestier géré durablement » » copilotée par l’Afac-Agroforesteries et l’APCA.

Dans le cadre de cette action, l’Afac-Agroforesteries et un collectif de structures (la SCIC Bois Bocage Energie, la SCIC Bocagenèse, le SCIC Mayenne Bois Energie et Lannion Trégor Communauté) soutenues par leurs Régions (Normandie, Bretagne, Pays de la Loire), travaillent aux outils de mise en place d’une labellisation du bois reconnaissant et valorisant la gestion durable du bocage.

Ce projet a pour ambition d’apporter une réponse aux nouveaux défis importants émergeants pour les filières territoriales de production de plaquettes du fait de la mobilisation accrue de la biomasse issue du bocage comme substitution aux énergies fossiles (dans le cadre des engagements de la France sur le changement climatique). Ce système de labellisation nationale permettra de valoriser le travail de gestion durable des producteurs de bois bocager, d’apporter de la traçabilité et de la transparence dans la chaîne de gestion et de production et de développer des filières locales et multipartenariales (consommateurs, pouvoirs publics, revendeurs, producteurs, …).

Séminaire de présentation des résultats du projet ARBELE, le 5 juin à Rambouillet

Séminaire de présentation des résultats du projet ARBELE, le 5 juin à Rambouillet

Le mardi 5 juin 2018 aura lieu à la Bergerie nationale de Rambouillet un séminaire d’échange et de réflexion autour des résultats du projet ARBELE (L’ARBre dans les exploitations d’ELEvage herbivore). ARBELE est un projet porté par l’Institut de l’élevage, la Bergerie nationale de Rambouillet et de nombreux autres partenaires.

Programme

MATIN DE 9H00 À 12H30
9h00 – 9h30 Accueil et introduction
9h50 – 12h25 Présentation des résultats des différentes actions
• Réglementation et évolutions souhaitables
• Production des prairies avec et sans arbres
• Branchaison, estimation production des trognes
• Valeur alimentaire des feuilles d’arbres ou arbustes
• Mécanisation pour la valorisation de l’arbre
• Utilisation des plaquettes en litière
• Plantations agroforestières, itinéraires techniques (ITK)

APRÈS-MIDI DE 13H45 À 17H00
13h45 – 16h00 Travail par ateliers : état des connaissances et besoins, questions à approfondir
• Les ressources alimentaires et l’arbre
• La valorisation de la biomasse bois
• Les arbres en élevage : mise en place, ITK et conditions de réussite de la plantation
16h00 – 17h00 Mise en commun des conclusions, discours de clôture
 
Les inscriptions démarreront à partir du 3 avril 2018. Elles seront gratuites.

Contacts :

Jean-Christophe MOREAU
jean-christophe.moreau@idele.fr – 05 61 75 44 47

Amandine MENET
amandine.menet@educagri.fr – 01 61 08 68 26

Présentation du plan d’actions transfrontalier en faveur de la préservation du bocage à Bailleul

Présentation du plan d’actions transfrontalier en faveur de la préservation du bocage à Bailleul

Les partenaires du projet Tous Eco-Citoyens (TEC!) vous invitent à découvrir leur travail en faveur de la biodiversité transfrontalière. Venez découvrir les actions en faveur du maintien et de la replantation du bocage. De nombreux retours d’expériences d’acteurs de tous horizons seront présents. Philippe MAJOT, responsable plantation au Parc Caps et Marais d’Opale (organisme adhérent de l’Afac-Agroforesteries) interviendra sur la thématique de la replantation du bocage.

Date et lieu :

 Le vendredi 23 février 2018 à partir de 9h30
Conservatoire Botanique National de Bailleul, Hameau de Haendries à Bailleul (FR)

Personne à contacter :

Mélissa Toussaint / CCFI
Tel : +33 3 59 68 40 09
mtoussaint@cc-flandreinterieure.fr
tous-eco-citoyens.over-blog.com

Journée technique AGROSYL -Ariège, le 4 avril 2018

Journée technique AGROSYL -Ariège, le 4 avril 2018

Le mercredi 4 avril 2018, la chambre d’agriculture de l’Ariège organisera à Mirepoix et Saint-Felix-de-Rieutord une journée 100% terrain du programme AGROSYL sur le
thème ” Autonomie fourragère et bien-être animal grâce aux arbres et au bois”.

Présentation de la journée par Mehdi Bounab de la chambre d’agriculture de l’Ariège

Dans le cadre du projet GO PEI AGROSYL 2016-2020 “L’arbre et la forêt dans les élevages de montagne”, nous avons travaillé depuis 2016 avec des agriculteurs ariégeois et des acteurs de la recherche et du développement (INRA, IDELE, IDF) afin de proposer des pratiques innovantes en lien avec les arbres et le bois. Ces solutions techniques (éclaircies sylvopastorales, paillage bois en stabulation, banque fourragère de Murier blanc, ..) sont susceptibles de répondre aux besoins d’autonomie notamment fourragère des exploitations agricoles ariégeoises.
 

Afin de présenter les avancées de projet, les fermes pilotes et les dispositifs expérimentaux, nous avons le plaisir de vous inviter à une journée technique qui se déroulera en Ariège le mercredi 04 avril 2018 de 10h00 à 17h00.
 

Pour vous inscrire à la journée, veuillez envoyer un mail à mehdi.bounab@ariege.chambagri.fr, vous recevrez le détail de la journée, les modalités d’accès et de restauration.

 

Contact  :

Mehdi Bounab

Tel : 05 61 02 14 00 – mehdi.bounab@ariege.chambagri.fr

Page 1 sur 161234510Dernière page »