Talus récent sur le Jaudy Guindy Bizien – Crédit photos Lannion Tréguor Communauté

 

« Symboles culturels et historiques de l’évolution de l’agriculture, des talus sont reconstruits dans la région pour limiter l’érosion des sols » : c’est ainsi que commence le reportage sur les enjeux de la reconstitution du bocage breton, publié par le journal Le Monde le 3 mai dernier. On y rencontre notamment Catherine Moret, technicienne du bassin ver­sant de la vallée du Léguer, dans l’ouest des Côtes­ d’Armor, et administratrice de l’Afac-Agroforesteries :

« À la croisée de nombreuses pro­blématiques de protection de la nature et de la biodiversité, le dé­veloppement du talus breton ne pourrait désormais passer que par un renouveau de l’intérêt que lui portent les agriculteurs. « Le talus a ceci de particulier qu’il de­vient un intérêt public sur un ter­rain privé », analyse Mme Moret : « Les conséquences de cet intérêt sociétal fort ne peuvent reposer en­tièrement sur l’agriculteur ; on ne peut pas travailler sur sa planta­tion sans mettre en avant sa ges­tion et sa valorisation.» »

Lire l’article sur lemonde.fr (version abonnés)

 

S'ABONNER

Je m'inscris à la lettre d'information

Une fois par mois, recevez un condensé des actualités de l'Afac-Agroforesteries directement dans votre boîte mail !
close-link