Solagro vient de réaliser, à partir de plusieurs travaux scientifiques, une synthèse sur « davantage de pollinisateurs et de plantes adventices dans les champs de céréales bio ». Elle confirme l’intérêt des plantes adventices rares (les messicoles) pour assurer le service de pollinisation et l’intérêt de l’agriculture biologique pour conserver ces messicoles. 

Cet article est à mettre en corrélation avec l’étude “Gestion des adventices en systèmes agroforestiers de grandes cultures” menée par l’INRA-UMR System, la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime et la Chambre régionale d’agriculture des Hauts-de-France. Elle vise à mesurer l’impact de la bande enherbée sous les arbres sur les communautés adventices des cultures et d’identifier les moyens de gestion des linéaires. Elle ouvre également des pistes sur l’intérêt de ce linéaire sous-arboré en tant qu’habitat pour les pollinisateurs et sa fonction de lutte biologique.