Les actions du réseau

Replanter l’arbre champêtre


Un million d’arbres plantés chaque année


Les structures réunies au sein du réseau Afac-Agroforesteries plantent annuellement un million d’arbres et arbustes. La typologie de ces plantations, présentée ci-dessous , donne une indication de la répartition de ces plantations (en nombre d’arbres plantés) : à 90% ces plantations sont des haies, pour 3% il s’agit de plantations en agroforesterie intraparcellaire.

Capture d’écran 2016-07-21 à 10.22.16

Représentativité des systèmes agroforestiers



Des plantations de qualité


AAAT-Archon2

Planteurs en action

Un million d’arbres et d’arbustes plantés chaque année par les structures du réseau Afac-Agroforesteries…Derrière cette approche quantitative, il y a surtout une approche qualitative : chaque arbre planté s’inscrit dans un « projet de plantation » unique car adapté au sol, au climat, au paysage, aux enjeux de production et aux services écologiques attendus, à la conduite des arbres, etc. C’est le savoir faire du conseiller agroforestier que d’élaborer ce projet de plantation à partir d’un diagnostic qui permettra de déterminer :

● des principes de localisation des éléments arborés sur le parcellaire de l’exploitation,
● des principes de composition des éléments arborés (physionomies, choix des essences),
● des principes de gestion (entretien, valorisation).

Pour élaborer ce projet de plantation, le conseiller agroforestier pourra s’appuyer sur le guide technique PAGESA (Principes d’Aménagement et de Gestion des Systèmes Agroforestiers) produit par l’Afac-Agroforesteries en 2009, avec le soutien du ministère de l’agriculture. Cet ouvrage constitue une base technique incontournable pour toute structure ou professionnel souhaitant initier une action en faveur du bocage.


Un observatoire national de l’arbre champêtre


Les structures qui composent l’Afac-Agroforesteries ont constitué leurs fichiers de coordonnées de planteurs (agriculteurs, collectivités, etc.) et des sites de plantations, qui sont cartographiés.

Exemple 1 : depuis sa création en 1996, l’association Mission Haies Auvergne a constitué un fichier de 1500 planteurs (avec, en moyenne : 1.7 ETP/ an)

Exemple 2 : depuis sa création, en 1989, l’association Prom’Haies Poitou-Charentes a accompagné l’installation d’une plantation (haie, bosquet, alignement, verger) sur 3 200 sites auprès de 2 200 planteurs publics et privés (si on se réfère seulement aux plantations pour lesquelles Prom’Haies fournit les arbres).

Cette connaissance fine des plantations, mais également de l’érosion quantitative et qualitative des systèmes agroforestiers peut constituer la base d’un observatoire national de l’arbre champêtre dont l’objectif serait de suivre le progrès des plantations agroforestières, l’état des bocages, les arrachages, etc.

 

Gérer durablement l’arbre « hors-forêt »


Plan de gestion du bocage


Les opérateurs de terrain réunis au sein de l’Afac-Agroforesteries ont développé une approche et un suivi qualitatifs des plantations, qui se traduit par la mise en œuvre de plans de gestion de haies et la structuration de filières de gestions durables de la ressource bois.

Les membres du réseau sont à l’origine des premiers  « plans de gestion du bocage (PGB)». En 2004, les plans avaient essentiellement une approche « biodiversité et paysage » du bocage des exploitations. Avec le développement de la valorisation énergétique du bois, ces PGB se sont aussi orientés vers l’estimation de la ressource disponible et mobilisable, tout en gardant cette approche « milieu et multifonctionnalité » du bocage.

Cartographie d'un plan de gestion du bocage

Cartographie d’un plan de gestion du bocage

L’outil PGB poursuit son développement il remplit aujourd’hui plusieurs objectifs :

  • La présentation des haies de l’exploitation (typologie, longueur, essences, talus, fossés…)
  • Une approche économique
  • Un planning d’exploitation et d‘entretien durable.
  • Des propositions de gestion, de plantation, de regarnissage, pour enrichir les linéaires ou taillis.
  • Un module sur l’entretien des haies et la biodiversité est en cours de développement
  • Une centaine de PGB sont réalisés par an par le réseau.

Bois bocager, source d’énergie


Cette approche s’est aussi traduite par l’accompagnement et l’aide à l’émergence de structures de commercialisation du bois, associant collectivités, agriculteurs, associations pour une gestion durable des bois bocagers en filière courte, essentiellement sous la forme de structures coopératives d’intérêts collectifs (SCIC) ou d’associations (une trentaine identifiées à ce jour : 23 SCIC et 15 associations). Cela correspond à la commercialisation de 35 000 Tonnes de bois par an, soit la gestion durable de 7 000 kilomètres de haies.

Déchiquetage du bois

Déchiquetage du bois